27.09.2020 à 08:05

CyclismeSimon Pellaud: «Je serai l’homme du début de course»

Avant la course en ligne des Mondiaux à Imola, dimanche, le Valaisan explique le rôle qui sera le sien et estime les chances de victoire de son leader, Marc Hirschi.

par
Brice Cheneval
Simon Pellaud en juin 2019 lors du Tour de Suisse.

Simon Pellaud en juin 2019 lors du Tour de Suisse.

KEYSTONE

Le temps de la surprise est terminé. Simon Pellaud s’apprête à entrer dans le vif du sujet. Il y a huit jours, le Valaisan apprenait à son grand étonnement qu’il était retenu dans la sélection suisse pour la course en ligne des championnats du monde, à Imola (Italie). À deux jours de l’échéance, l’excitation avait laissé place à la concentration. «J’ai digéré et pu prendre du recul», nous confiait-il cette semaine.

La reconnaissance du parcours vendredi a marqué le début des choses sérieuses. Simon Pellaud aborde le rendez-vous avec d’autant plus d’implication qu’il a presque retrouvé la pleine possession de ses moyens physiques. «J’étais un peu préoccupé car le sélectionneur, Marcello Albasini, m’a appelé au moment où j’étais dans une mauvaise spirale. Je venais de chuter deux fois, j’avais encore des douleurs et je n’étais pas sûr de pouvoir aller au bout de la course. Ça va beaucoup mieux. J’ai bien récupéré et je me sens à 95% aujourd’hui. Ça ne va pas péricliter ma performance dimanche.»

Une donnée non négligeable car le parcours s’annonce coriace: 258,2 km découpés en 9 tours de 28,8 km ajoutés à un total de 5000 m de dénivelé positif. Et, surtout, deux sections difficiles: les montées de Mazzolano et de la Cima Gallisterna, une combinaison de 5,5 km d’escalade avec une pente moyenne de 10% et des passages jusqu’à 14%. «Un des circuits les plus exigeants de l’histoire des championnats du monde sur route», dixit David Lappartient, président de l’Union cycliste internationale. «Il y aura de toutes petites routes en montée. Il faudra être concentré pour rester devant, au risque de se faire distancer», commente Pellaud.

Un parcours taillé pour Hirschi

La stratégie des Suisses est claire: faire gagner Marc Hirschi. Ce dernier, révélation du dernier Tour de France lors duquel il a été élu super-combatif, fait partie des favoris des Mondiaux, sur un parcours taillé à sa mesure. «Il a tous les atouts pour gagner, assure son coéquipier. Il est très fort sur les courses d’un jour et le profil de celle-ci, avec des pentes très raides, convient parfaitement à ses qualités de puncheur-grimpeur. Il est capable d’être devant dans les derniers mètres d’ascension, même avec de gros pourcentages. Il ne devrait pas se faire lâcher à la pédale. Puis il y a la descente entre la Cima Gallisterna et Imola, qui pourrait être décisive. C’est l’un de ses grands avantages, même s’il a perdu une étape sur le Tour en descente (ndlr: la 9e, entre Pau et Laruns).»

À 22 ans, Hirschi devra composer avec la pression inhérente à son nouveau statut. À en croire le Martignerain, ce ne devrait pas être un problème: «Il gère vraiment bien l’attente autour de lui. En 2018, à Innsbruck, il a été sacré champion du monde espoirs alors qu’il était LE grand favori.» Le danger qui guette le Bernois pourrait alors être la météo, puisque la pluie est annoncée. Là encore, Pellaud temporise. «Cela peut devenir un avantage pour Marc car il y aura besoin de moins de coups de pédale.»

«Il est capable d’être devant dans les derniers mètres d’ascension, même avec de gros pourcentages. Il ne devrait pas se faire lâcher à la pédale»

Simon Pellaud à propos de Marc Hirschi
Révélation du Tour de France 2020, Marc Hirschi est attendu parmi les favoris de la course en ligne.

Révélation du Tour de France 2020, Marc Hirschi est attendu parmi les favoris de la course en ligne.

KEYSTONE

Des équipiers expérimentés

Autour du leader, les cinq autres coureurs (Michael Albasini, Silvan Dillier, Enrico Gasparotto et Michael Schär en plus de Simon Pellaud) connaissent parfaitement leur rôle. Le Valaisan dévoile le sien: «Je serai l’homme du début de course. J’espère faire partie de l’échappée matinale, être aux avant-postes dans la première moitié du parcours, voire les trois-quarts. Ça risque de bouger rapidement, donc cela peut être intéressant d’être devant tout de suite.»

Globalement, tout semble réuni pour offrir à Marc Hirschi les meilleures chances de victoire. «On peut s’appuyer sur des coéquipiers qui ont beaucoup d’expérience, qui savent rouler placés. Ce qu’a fait Marc sur le Tour de France est extraordinaire mais il est encore très jeune. Autour de lui, il aura des atouts de poids.»

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
1 commentaire
L'espace commentaires a été desactivé

Milou

27.09.2020 à 10:22

On espère ! Mais si il pleut ca va être une loterie pour ne pas chuter.