15.10.2020 à 09:45

CoronavirusLa situation se dégrade plus rapidement qu’ailleurs, selon Berset

Lors d’une conférence de presse ce jeudi après une rencontre avec les représentants des cantons, le conseiller fédéral Alain Berset a souligné l’importance de freiner la hausse des infections au Covid-19 pour garder la situation sous contrôle.

Alain Berset s’est exprimé jeudi sur les mesures de sécurité sanitaire face à la pandémie.

Keystone

La Confédération et les cantons ont affiché jeudi un front uni face à la forte hausse des cas de coronavirus lors d’une conférence de presse à Berne. Aucune mesure supplémentaire n’a été annoncée mais elles ne sauraient tarder. Les autorités entendent agir rapidement.

«La Suisse fait face à une nouvelle dynamique très négative et très forte», a reconnu le ministre de la Santé Alain Berset devant la presse. «Nous savions que l’hiver serait difficile.» La forte hausse des cas de Covid-19 est toutefois arrivée plus vite et plus fortement qu’attendu.

Depuis huit jours, il y a plus de 1000 nouveaux cas quotidiennement. Mercredi et jeudi, ce sont même plus de 2500 cas qui ont été enregistrés. Le taux de positivité se situe quant à lui entre 12 et 13%, soit quatre fois plus qu’il y a deux semaines. Toutes les classes d’âge sont touchées.

Les hospitalisations sont sous contrôle, mais aussi en hausse, a poursuivi le conseiller fédéral. En comparant avec la situation dans les autres pays, une hausse bien plus importante se dessine. Et de prévenir que «la situation se dégrade plus rapidement qu’ailleurs».

Garder la situation sous contrôle

Pour garder la situation sous contrôle, éviter la surcharge des hôpitaux et la fermeture du pays, il faut appliquer sérieusement la distance sociale et les mesures d’hygiène, ainsi que réduire les contacts, a rappelé Alain Berset. Le traçage des contacts est également essentiel. Et le ministre de rappeler l’importance de l’application Swiss Covid dans ce contexte.

Des mesures supplémentaires pourraient être prises. Elles seront discutées lors d’une rencontre entre la Confédération et les cantons prévue vendredi. Certains cantons ont déjà renforcé leur dispositif de lutte. Il s’agit notamment de l’obligation du port du masque dans les espaces publics fermés.

La situation est «sérieuse», selon Sommaruga

La présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga décrit comme «sérieuse» la situation en lien avec le coronavirus. Elle appelle la population à réagir et à se ressaisir.

«Nous avons beaucoup à gagner, mais seulement si nous le faisons tous ensemble», a déclaré jeudi devant les médias Simonetta Sommaruga, après une rencontre avec les représentants des cantons. «Plus vite nous réagissons, moins il y aura de restrictions pour la population, l’économie, les familles et les groupes à risques».

Il est important de briser la forte tendance à la hausse des infections, a relevé la présidente de la Confédération. Il s’agit maintenant d’empêcher une plus grande diffusion du virus. Tout le monde doit respecter les règles de base du lavage des mains, du maintien de la distanciation sociale et du port du masque.

La Confédération et les cantons sont également d’accord: «nous nous en tenons à la situation particulière», a relevé Simonetta Sommaruga. La compétence des mesures reste du ressort des cantons.

Éviter un nouveau confinement

La pandémie ne peut être tenue en échec qu’ensemble, a souligné le président de la Conférence des directeurs cantonaux Christian Rathgeb. Sans l’aide de la population, le but ne sera pas atteint. Il faut éviter à tout prix un nouveau confinement.

«Un deuxième confinement national serait dévastateur pour l’économie», a déclaré Urban Camenzind, vice-président de la Conférence des chefs des départements cantonaux de l’économie publique. La Suisse est en grave récession, a abondé la directrice du Secrétariat d’État à l’économie Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch.

La situation reste tendue et difficile, en particulier dans le secteur du tourisme et de l’événementiel, a-t-elle complété. Il faut maintenant tout faire pour maîtriser la situation sanitaire le plus vite possible.

Durcissement nécessaire

Aucune mesure supplémentaire n’a été annoncée jeudi. Le président de la conférence cantonale des directeurs de la santé, Lukas Engelberger, a cependant appelé tous les cantons à revoir leurs concepts. Un durcissement est nécessaire, a-t-il averti.

Port du masque dans les commerces ou encore restrictions dans les bars, les discothèques et les restaurants. Ces mesures s’adressent dès à présent à l’ensemble des cantons, a-t-il poursuivi.

Les libertés seront restreintes afin de protéger au mieux une vie normale. Et pas que dans le domaine public. Les rencontres privées pourraient être réglées de manière plus stricte, a souligné Lukas Engelberger. «Il ne sert à rien de respecter toutes les mesures au travail, si les masques tombent à l’apéro.»

Des adaptations des quarantaines au retour d’un pays «à risque» semblent aussi à l’ordre du jour. Certaines régions figurant sur la liste de l’Office fédéral de la santé publique affichent une incidence inférieure à la nôtre, a noté Alain Berset. Les grandes manifestations ne devraient en revanche pas être concernées. «Les distances y sont maintenues, le masque porté et l’hygiène assurée.»

(ATS/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
133 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

BUCO

16.10.2020 à 09:46

Face à cette situation, tout pronostic, quel qu'il soit et d`où qu'il vienne, n'a désormais plus aucun sens. Que chacun organise donc désormais personnellement son existence selon son propre ressenti et ses propres visions, sans se culpabiliser envers qui que ce soit et quoi que ce soit

@78

16.10.2020 à 09:37

Le problème surtout c est que si il y a tjrs plus de malades de covid tous les jours dans les hôpitaux ils risquent à la longue d être saturés et de ne plus pouvoir soigner tout le monde , certaines personnes ne pensent pas à ça ....

Tex

16.10.2020 à 05:58

Berset et sa task force devraient arrêter de prendre les citoyens pour des débiles....depuis bientôt 8 mois on a détruit une partie de notre économie et la vie sociale, avec des mesures qui se justifiaient peut-être en mars ,mais qui n'ont plus aucune vérité scientifique actuellement. 1800 morts de ce virus dont la plupart très âgés et morts d'autres pathologies, des tests PCR amplifiés volontairement à des cycles de 40-45 au lieu de 25 d'où l'augmentation des cas à 90% faux positifs. Quand vont cesser ces mensonges et ces manipulations?...de moins en moins de gens sont dupes, la VÉRITÉ mérite d'éclater au grand jour et des têtes vont tomber.