Simonetta Sommaruga lance la campagne pour l’aide aux médias
Publié

BerneSimonetta Sommaruga lance la campagne pour l’aide aux médias

Le 13 février prochain, le peuple votera sur un projet d’aides financières à la presse voté par le Parlement et attaqué en référendum. La conseillère fédérale soutient cette stratégie pour diversifier l’information.

par
Eric Felley
Simonetta Sommaruga précise bien que le projet ne prévoit aucune nouvelle taxe.

Simonetta Sommaruga précise bien que le projet ne prévoit aucune nouvelle taxe.

DETEC/Delphine Schacher

Le 13 février prochain, le peuple votera sur un sujet sensible: un paquet d’aides financières à la presse. «Ce projet permet à la population de continuer à bénéficier d’une couverture médiatique diversifiée dans toutes les régions du pays», a insisté jeudi la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga, au nom du Conseil fédéral qui défend ce projet.

Cette aide à la presse de 151 millions de francs par année n’a toutefois pas fait l’unanimité au Parlement, où les représentants de la droite libérale à l’UDC ou au PLR ont voté contre. Un référendum a donc abouti et la campagne s’annonce assez tendue autour de ce sujet. Simonetta Sommaruga a rappelé que ces 151 millions de francs au maximum par an, seront financés par des recettes existantes et par le budget de la Confédération. Le projet ne prévoit pas de nouvelles taxes.

Soutien prioritaire aux médias locaux

Ce paquet d’aides est polymorphe. Il améliore les rabais accordés pour la distribution matinale des quotidiens et d’hebdomadaires en abonnement, ainsi que pour les périodiques des associations et des fondations. Il apporte un soutien complémentaire aux radios privées locales, aux télévisions régionales et une aide aux médias en ligne nationaux. «Les mesures sont conçues de manière que les journaux à faible et moyen tirage et les médias en ligne en profitent davantage. Ainsi, la couverture médiatique dans les régions rurales et les petites villes est renforcée», a plaidé la conseillère fédérale.

Lutter contre les grandes plateformes

Cette stratégie doit permettre aussi de lutter contre les grandes plateformes internet internationales: «S’il n’y a plus de journal ni de radio dans une région, il manque des informations importantes», relève la conseillère fédérale. Les associations de médias de toutes les régions du pays, ainsi que le Groupement suisse pour les régions de montagne (SAB) ont déjà annoncé leur soutien. Mais, en face, la faîtière EconomieSuisse a fait savoir ce jeudi qu’elle s’opposait à ces aides à la presse.

Votre opinion