Publié

EntreprisesSimplicité du système fiscal: la Suisse bien classée

Au classement mondial, sur 185 pays ayant participé à l'étude concernant les entreprises, la Suisse (18e) devance les Etats-Unis (69e), l'Allemagne (72e), la Chine (122e) et le Japon (127e).

«La Suisse occupe une très bonne 18e place», a indiqué mardi PricewaterhouseCoopers (PwC) Suisse, société de services d'audit, de conseil juridique et fiscal et de conseil.

«La Suisse occupe une très bonne 18e place», a indiqué mardi PricewaterhouseCoopers (PwC) Suisse, société de services d'audit, de conseil juridique et fiscal et de conseil.

DR

La Suisse perd deux rangs au classement mondial et occupe désormais le 18e rang concernant la simplicité du système fiscal pour les entreprises. En Europe, la Suisse est 4e derrière l'Irlande, le Danemark et le Luxembourg, selon une étude de PwC Suisse.

«La Suisse occupe une très bonne 18e place», a indiqué mardi PricewaterhouseCoopers (PwC) Suisse, société de services d'audit, de conseil juridique et fiscal et de conseil. Par rapport au classement précédent, elle perd deux rangs au niveau mondial, mais elle reste stable en Europe.

Au classement mondial, sur 185 pays ayant participé à l'étude, la Suisse devance les Etats-Unis (69e), l'Allemagne (72e), la Chine (122e) et le Japon (127e). Arrivent en tête les Emirats arabes unis (1er), le Qatar (2e) et l'Arabie saoudite (3e).

Simplification dans 31 pays

Des réformes visant à simplifier les systèmes fiscaux pour les entreprises sont en cours dans le monde entier, souligne PwC. Parmi les 185 pays étudiés, 31 ont simplifié leur système fiscal entre juin 2011 et mai 2012.

Ces huit dernières années, la charge fiscale des entreprises dans les pays analysés a diminué de 1% par année. Le temps consacré à remplir les obligations fiscales a diminué de 56 heures.

La Suisse suit le mouvement. Plusieurs cantons prévoient l'introduction d'un système qui permettra aux entreprises d'établir leur déclaration fiscale par voie électronique. L'objectif est un gain de temps et une réduction des frais administratifs.

Pour PwC, le principal défi pour la Suisse consistera à remplacer le régime fiscal actuellement dans le collimateur de l'Union européenne par des mesures n'entrant pas en conflit avec les directives européennes.

«Imposition innovante»

Un abaissement général des taux de l'impôt sur les bénéfices des sociétés mixtes a peu de chance d'aboutir politiquement, estime PwC. De nouvelles formes «d'imposition innovante» doivent donc être recherchées.

Selon l'étude «Paying taxes 2013: the global picture» présentée mardi, le taux d'imposition des entreprises en Suisse est resté pratiquement inchangé par rapport à l'année précédente. Il s'élève à 30,2% (moyenne mondiale: 44,7%).

Dans ce domaine, la Suisse figure au 6e rang européen. Le Luxembourg arrive en tête avec un taux d'imposition totale des entreprises de 21%, suivi par Chypre (23%), l'Irlande (26,4%), le Danemark (27,7%) et la Bulgarie (28,7%).

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!