Feux en Indonésie: Singapour ferme ses écoles et accuse Jakarta
Publié

Feux en IndonésieSingapour ferme ses écoles et accuse Jakarta

Les autorités de Singapour ont fermé les écoles et distribuaient des masques vendredi à cause des épaisses fumées provoquées par des feux agricoles dans l'Indonésie voisine.

1 / 8
L'île a été dévastée ces derniers mois par de nombreux feux de forêts dus notamment à l'expansion d'usines pour la fabrication d'huile de palme. Le président indonésien Joko Widodo a proposé de mettre fin à l'octroi de nouveaux terrains. (2 mai 2016)

L'île a été dévastée ces derniers mois par de nombreux feux de forêts dus notamment à l'expansion d'usines pour la fabrication d'huile de palme. Le président indonésien Joko Widodo a proposé de mettre fin à l'octroi de nouveaux terrains. (2 mai 2016)

AFP
A cause de la qualité de l'air qui était très néfaste en raison des incendies à Sumatra, les écoles de Singapour sont restées fermées ce vendredi 25 septembre 2015.

A cause de la qualité de l'air qui était très néfaste en raison des incendies à Sumatra, les écoles de Singapour sont restées fermées ce vendredi 25 septembre 2015.

Keystone
L'Indonésie a déployé mardi 1600 militaires supplémentaires pour lutter contre les incendies de forêts provoquant des nuisances jusqu'en Malaisie où des écoles ont été fermées en raison de l'épaisse fumée. (15 septembre 2015)

L'Indonésie a déployé mardi 1600 militaires supplémentaires pour lutter contre les incendies de forêts provoquant des nuisances jusqu'en Malaisie où des écoles ont été fermées en raison de l'épaisse fumée. (15 septembre 2015)

Keystone

Singapour a dénoncé l'attitude «choquante» de Jakarta après des commentaires «irresponsables.

La cité-Etat baigne depuis trois semaines dans un brouillard nocif émanant de l'île indonésienne de Sumatra, un phénomène récurrent pendant la saison sèche.

Les écoles primaires, secondaires et maternelles ont gardé porte close vendredi, ce qui est sans précédent, d'après le quotidien Straits Times. La qualité de l'air était jugée «dangereuse» après avoir été classée comme étant «très néfaste pour la santé».

Le ministre singapourien des Affaires étrangères K. Shanmugan s'en est pris aux autorités indonésiennes. Il les accuse de prendre à la légère ce problème qui nuit aux relations de Jakarta avec Singapour et la Malaisie, également touchée.

Les incendies qui ravagent l'Indonésie sont provoqués par la culture sur brûlis, une technique primitive illégale. Elle est utilisée comme moyen de défrichement et de fertilisation pour laisser place à diverses cultures, principalement des palmiers à huile et plantations destinées à produire de la pâte à papier.

«Mépris pour notre peuple»

L'Indonésie dit qu'elle lutte contre le phénomène. «Mais au même moment, nous entendons des commentaires choquants émanant de hauts dirigeants indonésiens, qui témoignent d'un mépris complet pour notre peuple et le leur», a dit le ministre sur son compte Facebook.

«Comment est-il possible que de hauts responsables fassent de tels commentaires, sans gêne, sans sens des responsabilités?», a-t-il encore demandé.

Le ministre n'a pas cité de nom. Mais le vice-président indonésien Jusuf Kalla avait suscité quelques remous ces dernières semaines en répétant que les voisins de l'Indonésie devraient être reconnaissants, car l'air est respirable pendant la majeure partie de l'année.

Les entreprises et bureaux de Singapour restaient ouverts. Mais les autorités distribuaient des masques de protection pour les personnes les plus vulnérables.

Le président indonésien, Joko Widodo, a ordonné aux forces de l'ordre de prendre des mesures fermes contre les responsables de ces incendies. Cette fumée est à l'origine d'infections respiratoires pour des dizaines de milliers d'Indonésiens, de fermetures d'écoles et d'annulations de vols.

(ats)

Votre opinion