Football: Sion, c’est un naufrage
Publié

FootballSion, c’est un naufrage

Les Sédunois étaient menés 0-3 par Lugano après 41 minutes jeudi soir. Pas sûr qu’on revoie Fabio Grosso sur le banc valaisan.

par
Florian Vaney
Lubomir Tupta chute, à l’image du FC Sion.

Lubomir Tupta chute, à l’image du FC Sion.

Urs Lindt/Freshfocus

Fabio Grosso s’est énervé une fois jeudi soir. Lorsque Mickäel Facchinetti a commis juste devant lui une troisième faute de suite sur l’intenable Wesley. M. Schnyder a bien sorti son carton jaune, cela n’a pas suffi à calmer l’entraîneur transalpin, fou de rage jusqu’à pénétrer sur le terrain. On vivait la 20e minute, Sion avait le vent dans le dos, mais le technicien devait bien sentir que des bonnes intentions ne suffiraient pas. À effacer le douloureux revers de dimanche contre Vaduz. À lui redonner du crédit auprès de son président, qu’il a rencontré en début de semaine.

Des occasions de monter dans les tours, Fabio Grosso n’en aura plus d’autres durant ce match. Comme tout le monde, l’entraîneur sédunois a assisté, incrédule, au sabotage de son équipe, qui s’est coulée toute seule. Il n’est pas là question d’une formation qui a joué contre son coach, seulement de onze joueurs qui ont commis trop d’erreurs de débutants pour ne pas boire la tasse. Dans une sorte de prolongement de la défaite de dimanche, en pire. Et dire que ce même FC Sion a livré un premier quart de match de très bonne facture et que Roberts Uldrikis a quasiment raté le but vide à la 24e…

Une passe ratée de Birama Ndoye, puis tout s’est effondré

C’est d’ailleurs sur une percée rageuse de Birama Ndoye, poussé par les applaudissements des quelques personnes présentes dans la tribune principale de Tourbillon, que tout s’est écroulé. Le capitaine d’un soir (ni Gaëtan Karlen, ni Geoffroy Serey Die n’étaient présents face à Lugano) a donné une passe infecte après avoir déserté ses bases arrière. Lugano est parti en contre, a profité d’un repli très approximatif (notamment de José Aguilar), d’un positionnement questionnable de Timothy Fayulu, et a ouvert le score d’une frappe à 20 mètres d’Olivier Custodio (28e). Ça fait beaucoup sur une seule action.

Titularisé en raison des nombreuses absences à mi-terrain (Anto Grgic et Christian Zock n’étaient pas non plus de la partie), José Aguilar a connu une soirée plus que compliquée. C’est lui qui a fauché Alexander Gerndt pour provoquer le penalty du 0-2, alors même que l’attaquant tessinois semblait contrôlé. Et puisque cette première mi-temps ne pouvait pas moins bien se dérouler pour les Sédunois, Olivier Custodio et Mattia Bottani se sont joués à eux deux de l’intégralité de la défense valaisanne à cinq minutes du thé. 0-3, le mal était largement fait.

Le plus décevant peut-être, c’est que Sion était attendu au tournant. Parce que le classement commence vraiment à l’oppresser, parce que ce Lugano n’avait franchement pas séduit quatre jours plus tôt à Lausanne et parce qu’il savait la position de son coach fragilisée. Les Sédunois auront finalement traîné comme un boulet leurs faiblesses dans les phases importantes. Si bien que la seconde période restera anecdotique, les pensionnaires de Tourbillon ne s’étant pas donné l’opportunité d’exister encore.



Sion - Lugano 0-3 (0-3)

Tourbillon, huis clos. Arbitre: Urs Schnyder.

Buts: 28e Custodio 0-1; 32e Maric, pen. 0-2; 41e Bottani 0-3.

Sion: Fayulu; Ndoye, Ruiz, Abdellaoui; Wesley, Baltazar (71e Tosetti), Aguilar, Theler (46e Iapichino); Clemenza (37e Khasa); Tupta, Uldrikis (46e Martic). Entraîneur: Fabio Grosso.

Lugano: Baumann; Kecskes, Maric, Daprela (73e Ziegler); Lavanchy, Sabbatini (82e Guidotti), Covilo (73e Macek), Custodio, Facchinetti (46e Opara Lucky); Bottani, Gerndt (66e Abubakar). Entraîneur: Maurizio Jacobacci.

Avertissements: Facchinetti (20e, jeu dur), Custodio (33e, jeu dur), Ruiz (46e, jeu dur), Abdellaoui (88e, jeu dur).

Votre opinion