Publié

FOOTBALL«Sion doit à nouveau inspirer la crainte»

Raimondo Ponte, qui vient d'atterrir sur le banc valaisan, a délivré ses premiers messages. «Les joueurs doivent retrouver à la fois la confiance et le plaisir», a-t-il déclaré.

Keystone

«Avec GC, j'ai toujours eu peur à chaque fois que je venais jouer à Tourbillon. Le FC Sion doit à nouveau inspirer cette même crainte!» Le message de Raimondo Ponte ne peut pas être plus limpide. Le nouvel entraîneur du FC Sion et son assistant Frédéric Chassot entendent redonner un âme de guerrier, un nouveau souffle à une équipe en souffrance depuis des mois.

«Le travail des deux hommes sera avant tout psychologique. En premier lieu, les joueurs doivent retrouver à la fois la confiance et le plaisir, souligne Raimondo Ponte. Les premières impressions sont bonnes. Les joueurs n'ont pas le choix. Comme les Bregy, Brigger et In-Albon dans le passé, ils doivent montrer du coeur sur le terrain. C'est le seul moyen de reconquérir le public. Le supporter valaisan sait accepter la défaite. Mais il ne tolère pas que les joueurs ne donnent pas tout!»

Malgré cette pointe de nostalgie qui perce dans son discours, Raimondo Ponte n'est pas un homme du passé. A 58 ans, il veut croire que l'avenir lui offrira cette chance derrière laquelle il court depuis des années. «Je remercie Christian Constantin de m'offrir l'opportunité de diriger à nouveau un club de l'élite, explique-t-il. Nous n'avons rien signé, juste convenu d'une collaboration jusqu'à la fin mai. On aura le temps d'évoquer l'avenir. Je connais la règle du jeu. A Sion, comme ailleurs je dois le préciser, un entraîneur est condamné s'il ne gagne pas. Je connais également le tempérament de Christian Constantin. Il considère le FC Sion comme son enfant. Et comme tous les pères, il veut le meilleur pour lui. Peut-être que je serais capable de tisser des relations avec lui que n'avaient pas su nouer mes prédécesseurs.»

Un clubiste

Frédéric Chassot estime celui qui fut son mentor à Zurich a toutes les cartes en main pour réussir. «Raimondo est très proche de ses joueurs, souligne le Fribourgeois. Il est surtout un entraîneur qui véhicule beaucoup d'émotions. Il peut s'imposer à Sion.» Et Raimondo Ponte de rappeler une qualité qui a marqué sa carrière. «J'ai joué douze ans aux Grasshoppers. Je suis ensuite resté dix ans à Zurich comme directeur sportif et entraîneur, lâche-t-il. Je ne suis pas un homme qui quitte son club parce qu'il peut gagner cinquante francs de plus ailleurs!»

Sa carrière de joueur fut, faut-il le rappeler, remarquable avec des expériences à Nottingham Forest et à Bastia au début des années 1980. Celle d'entraîneur s'est, avoue-t-il à demi-mots, brisée à l'automne 1999 avec cette défaite par forfait à Neuchâtel qui devait condamner le FCZ au tour de promotion/relégation. Un forfait dicté par la présence sur la feuille de match d'un joueur étranger de trop, en l'occurrence l'Ivoirien Kanga Akalé. «Il n'était pas entré en jeu lors de cette rencontre, se souvient Raimondo Ponte. Seulement, Messieurs Facchinetti et Rumo ont alerté la Ligue Nationale. Et sans le point du nul obtenu lors de cette rencontre, nous avons basculé du mauvais côté de la barre...»

Si l'on excepte une pige de six mois à Lucerne, jamais Raimondo Ponte n'a eu la chance d'exercer en Ligue Nationale A ou en Super League depuis ce funeste forfait. C'est donc un homme avide de revanche qui s'assiéra samedi sur le banc au Parc Saint-Jacques. «Un match contre le FC Bâle dans un stade aussi magnifique est une fête tant pour l'entraîneur que pour ses joueurs», glisse-t-il.

D'ici à samedi, Raimond Ponte s'efforcera de redonner une assise à un FC Sion qui reste sur une série de six défaites. «Oui, mais l'équipe n'a jamais été à la rue cette saison, remarque Frédéric Chassot. Elle a, ainsi, été capable de marquer des points contre les neuf formations de Super League. Il ne lui manque pas grand-chose.» Sans doute, mais une statistique cruelle rappelle que Raimondo Ponte part de loin. La dernière réussite du FC Sion inscrit sur une action de jeu remonte au 2 novembre dernier lors de la victoire 3-0 devant Lucerne à Tourbillon, avec le but de Vidosic à la 80e.

(SI)

Votre opinion