Football – Sion écrasé à Zurich: et maintenant?
Publié

FootballSion écrasé à Zurich: et maintenant?

Malgré une prestation aboutie durant 45 minutes, les Valaisans, réduits ensuite au rôle de sparring-partner complaisant, se sont inclinés 6-2 à Zurich. Voilà qui ne plaide pas en faveur du maintien de Marco Walker.

par
Nicolas Jacquier
(Zurich)
Assan Ceesay et Antonio Marchesano ont fait du mal aux Sédunois.

Assan Ceesay et Antonio Marchesano ont fait du mal aux Sédunois.

Andy Mueller/freshfocus

Une semaine après son naufrage contre Grasshopper, Sion était de retour ce dimanche au Letzigrund pour y affronter cette fois le FCZ, fêtant à cette occasion ses 125 ans.

Un rendez-vous important pour des visiteurs qui se devaient de relever la tête mais un match surtout capital pour Marco Walker, dont les heures sur le banc valaisan semblaient déjà comptées au coup d’envoi. Toujours davantage poussé vers la sortie, lâché de surcroît par son président, le coach allait-il retrouver suffisamment de crédit pour sauver sa tête sur l’échafaud? C’était tout l’enjeu de ce début d’après-midi.

Puisque l’on évoque Christian Constantin, celui-ci était finalement bel et bien présent autour du tartan zurichois. Contrairement à ce qu’il avait laissé entendre en début de semaine, le boss sédunois n’a pas zappé le déplacement. Sans doute pour pouvoir se rendre compte en direct de la réaction d’orgueil espérée

Si réaction il y a eu au départ dans l’intention, les visiteurs affichant un tout autre état d’esprit que sept jours plus tôt durant près de 60 minutes, c’est un excès de naïveté qui devait déjà coûter le 1-0, tombé très vite sur une action ayant éliminé plusieurs joueurs. Sur le centre de Krasniqi qui en résultait, Ceesay précédait la sortie de Fayulu en profitant aussi de l’étrange liberté qui lui avait été laissée.

Coup d’assommoir

Mais Sion, que l’on voyait déjà couler, allait se rebiffer, faire longtemps jeu égal avec son hôte, parfois même plus. Une équipe qui joue contre son entraîneur et cherche à s’en débarrasser ne domine pas Zurich comme Sion a réussi à le faire en première période. Les occasions valaisannes devaient même s’enchaîner à un rythme élevé. Ce que Wesley (12e, mauvais choix après une percée spectaculaire), lui-même (24e, en écrasant trop son essai) et Zuffi (30e, reprise dans le petit filet) avaient auparavant raté, Stojilkovic allait le réussir en exploitant un service de Marquinhos, lui-même lancé dans la profondeur par Keita. 1-1 à la mi-temps, Sion faisait alors le job en affichant une saine agressivité et un mental autrement moins défaillant qu’en d’autres circonstances.

Sans doute aurait-il mieux valu pour lui que le match s’arrête là. Car les visiteurs allaient à nouveau craquer après 180 secondes. Suite à un ballon perdu par Serey Die, Marchesano lançait dans la profondeur Ceesay, lequel pouvait voir double en glissant le ballon entre les jambes de l’infortuné Fayulu. Un nouveau coup dassommoir sur lequel Sion mettait plus de temps à réagir. Il faudra une frappe anodine de Serey Die catapultée dans ses filets par Aliti pour le voir recoller au score.

Et de trois pour Ceesay

Alors que les visiteurs étaient en droit d’espérer repartir avec un point, ce diable de Ceesay allait l’en empêcher. Sur un nouveau service millimétré de Marchesano, le No 9 inscrivait sa troisième réussite de l’après-midi avant que son acolyte ne signe le but du K.-O. définitif - un but qui était le 1000e inscrit par Zurich en Super League. Deux réussites qui mettaient à nouveau en lumière les terribles lacunes de la défense valaisanne.

Sion ne se relèvera pas, d’autant que Gogia, à peine entré, y allait de son but, imité quelques secondes plus tard par l’inévitable Ceesay. En moins de 20 minutes, ses joueurs ont encaissé la bagatelle de quatre buts, ruinant ce qu’ils avaient proposé de positif avant cela. 6-2, l’addition est lourde, sans doute trop pour leur entraîneur. Même si personne n’a triché, c’est un nouvel échec pour Marco Walker, qui se savait condamné à obtenir un résultat pour prolonger sa présence sur un banc qu’il occupe depuis la mi-mars. Cette nouvelle humiliation devrait être celle de trop pour celui qui avait sauvé le FC Sion ce printemps.

Les prochains jours sinon heures risquent d’être chauds du côté de Tourbillon. Avec une cause qui semble entendue, et un changement d’entraîneur devenu inéluctable.

Zurich - Sion 6-2 (1-1)

Letzigrund, 12887 spectateurs. Arbitre: M. Bieri.

Buts: 3e Ceesay 1-0. 33e Stojilkovic 1-1. 48e Ceesay 2-1. 63e Aliti (csc) 2-2. 72e Ceesay 3-2. 76e Marchesano 4-2. 87e Gogia 5-2, 90e Ceesay 6-2.

Zurich: Brecher; Omeragic, Kryeziu, Aliti; Doumbia; Rohner (46e Boranijasevic), Leitner (46e Dzemaili), Krasniqi (70e Coric), Gnonto (70e Gogia); Marchesano (86e Hornschuh), Ceesay. Entraîneur: A. Breitenreiter.

Sion: Fayulu; Cavaré (73e Tosetti), Saintini, Schmied, Marquinhos; Serey Die (78e Vagner); Keita, Zuffi; Wesley, Stojilkovic (73e Karlen), Itaitinga (64e Bua). Entraîneur: M. Walker.

Notes: Zurich sans Khelifi, Kramer, Tosin (blessés) ni Guerrero (suspendu). Sion sans Safarikas, Iapichino, Kabashi, Martic, Bamert, Ndoye, Araz, Grgic, Baltazar, Doldur, Hoarau (blessés), Gloor, Ruiz, Khasa, Rodrigues (avec les M21), Andersson, Wakatsuki (non convoqués).

Avertissements: 10e Rohner. 80e Saintini. 81e Coric.

Votre opinion