Publié

FootballSion et le message qui fâche

La commission de discipline de la SFL a ouvert une procédure, jugeant que l'inscription figurant dimanche sur le maillot de Sion avait un caractère politique.

par
Renaud Tschoumy
1 / 7
Eric Lafargue
Eric Lafargue
Keystone

«Tourisme?=?Emplois»: c'est le message qui figurait sur le maillot du FC Sion dimanche face à Servette. En français en première mi-temps, en allemand après la pause. Un message qui fâche, visiblement, puisque la commission de discipline de la Swiss Football League a décidé hier en fin de journée d'ouvrir une procédure.

Sion risque une amende – ira-t-on jusqu'au retrait de points? – pour n'avoir pas suivi l'article 6a du règlement pour la publicité sur l'équipement des joueurs, qui stipule que le message ne doit pas contenir de «caractère politique, confessionnel, idéologique ou discriminatoire».

Le souvenir de l'action FARE

L'allusion à peine déguisée à la votation du 11 mars prochain sur les constructions envahissantes de résidences secondaires a donc été jugée trop politique par les instances du foot suisse. Directeur général du FC Sion, Domenicangelo Massimo tombe des nues: «Il faudra m'expliquer pourquoi notre premier message face à Young Boys (ndlr: «Pour un tourisme constructif») n'a pas été jugé politique, alors que le deuxième, oui. On a trois jours pour prendre position, on le fera!» La démarche sédunoise était simple: «Comme on a perdu notre sponsor maillot (PAM) pendant l'hiver, certaines personnes nous ont suggéré de faire passer ce message, en leur nom, et non en tant qu'association établie, explique Massimo. Pour moi, c'est de l'économie, pas de la politique. On leur a vendu quatre matches jusqu'au 11 mars et cette fameuse votation sur les résidences secondaires. Quelque part, un club de foot est une vitrine pour le canton. Par notre démarche, on défend les intérêts du Valais, rien d'autre. Et on ne recommande ni le oui ni le non.»

Massimo en rajoute une couche: «En 2008, les clubs avaient la possibilité de s'associer à l'association FARE de lutte contre le racisme. Or cette action ponctuelle était intervenue en pleine campagne d'élections, quand l'UDC avait affiché son fameux mouton noir. Mais, là, personne n'avait rien dit. Et aujourd'hui on vient nous reprocher qu'on fait de la politique!»

Amende ou… plus?

Ce que risque le FC Sion? Une amende, probablement. «Ils ne vont tout de même pas encore nous enlever des points, ou bien?» ironise le président Christian Constantin.

Pourtant, et les décisions ayant frappé Xamax en son temps sont là pour le rappeler, le retrait de points figure bien dans le panel des sanctions à disposition de la commission de discipline. «C'est un cas particulier, et aucun commentaire ne sera fait avant la décision», bloque le chef communication de la SFL, Philippe Guggisberg.

Et revoilà Sion en bisbille avec l'une des instances du foot suisse. Pour cette fois une histoire de maillots…

Pendant ce temps, Peter Gilliéron fait du lobbying

Ton opinion