Publié

FootballSion fessé au Liechtenstein

Fin de l’invincibilité pour les Valaisans. Auteurs de deux débuts de mi-temps catastrophiques, ils se sont inclinés 4-1 samedi contre Vaduz.

par
Florian Vaney
Kevin Fickentscher a dû aller chercher le ballon au fond de ses filets à quatre reprises.

Kevin Fickentscher a dû aller chercher le ballon au fond de ses filets à quatre reprises.

KEYSTONE

Quelles dix premières minutes terribles a vécu le FC Sion samedi. Les Valaisans s’étaient déjà fait passablement bousculer en semaine contre Servette. Là, on peut carrément écrire qu’ils ont été trimbalés.

C’est bien simple, avec un peu de réalisme, Vaduz aurait déjà pu mener 3-0 le match à peine commencé.

Fabio Grosso n’avait pourtant pas procédé à de gros changements par rapport à la victoire de mercredi. Mis à part le remplacement d’Anto Grgic par Edgar André (sorti à la mi-temps après une performance insuffisante) et la titularisation de Roberts Uldrikis devant, l’équipe présente au coup d’envoi était la même.

Ce qui veut dire que Guillaume Hoarau faisait partie du onze de base pour la deuxième fois consécutive. Son match n’aura finalement pas duré une demi-heure. Visiblement touché, le buteur a dû laisser sa place à Jared Khasa dès la 29e minute.

Un coup dur de plus dans le sombre samedi soir vécu par FC Sion. Les visiteurs se sont en effet retrouvés menés au score depuis la 23e. La faute à une réussite superbe, qui ne devrait pas avoir trop de peine à obtenir le titre de but du mois de novembre.

Une chevauchée côté gauche de Dejan Djokic, qui s’est complètement joué de Jan Bamert, un centre déposé au deuxième poteau, une reprise de volée sous la latte de Tunahan Cicek. Du grand art.

Du côté de Sion pendant ce temps-là? À peu près rien. Et de ce rien a pourtant fini par jaillir un but. Geoffroy Serey Die a décalé Matteo Tosetti, l’ancien de FC Thoune a envoyé un centre aussi inattendu que millimétré dans la surface, Roberts Uldrikis trainait au bon endroit et la tête du Letton a fait mouche. 41e, 1-1.

Déjà à cet instant, les Valaisans s’en sortaient bien.

Et puis est arrivé le début de la seconde période, aussi catastrophique que la première entrée en matière. Sauf que cette fois, Vaduz a ajusté la mire.

46e, 2-1. 54e, 3-1. 59e, 4-1: Sion a explosé de toute part, comme cela ne lui était jamais arrivé cette saison.

À force de perdre le contrôle des événements depuis plusieurs rencontres, cela lui pendait au nez. Mais cette fois, ni une prise de conscience collective, ni une ou plusieurs réactions individuelles ne sont venues changer le cours des choses.

C’est donc au Rheinpark que l’invincibilité sédunoise qui durait depuis cinq matches a pris fin. Pas le temps de gamberger, le championnat continue dès mercredi à Lucerne.

Vaduz - Sion 4-1 (1-1)

Rheinfeld. Huis clos

Arbitre: Alessandro Dudic.

Buts: 23e Cicek 1-0; 41e Uldrikis 1-1; 46e Dorn 2-1; 54e Cicek 3-1; 59e Coulibaly 4-1.

Vaduz: Büchel; Dorn, Schmied, Schmid, Simani (83e Rahimi), Hug; Gajic, Wieser (83e Gasser); Cicek (81e Di Giusto), Coulibaly (65e Sutter); Djokic (81e Prokopic). Entraîneur: Mario Frick.

Sion: Fickentscher; Tosetti (60e Abdellaoui), Bamert, Ndoye, Iapichino; Serey Die (76e Baltazar); André (46e Wakatsuki), Araz; Clemenza; Uldrikis (76e Karlen), Hoarau (29e Khasa). Entraîneur: Fabio Grosso.

Avertissements: Hoarau (16e, jeu dur), Uldrikis (47e, jeu dur), Serey Die (66e, altercation), Simani (66e, altercation), Gasser (84e, antijeu), Baltazar (90e, jeu dur).

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
98 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Jerrylewisjr

29.11.2020 à 10:08

Barth, peux-tu expliquer à ton père comment mettre son masque, il sait toujours pas...il ferait mieux de le mettre sur les yeux..au moins, il verrait pas ces pseudos guerriers en tenue de camouflages...

Fan de

29.11.2020 à 10:02

Cet annėe, on n'a pas le cirque Knie, mais on a le FC Sion, c'est quoi ces maillots de camouflage, pour se camoufler, c'est une rėussite, on les a pas vus...😁

Jim la Jungle

29.11.2020 à 09:10

Et voilà Hoarau qui suit le chemin de l'infirmerie tracé par Behrami et autres Fernandes . CC & fils, comme la pie qui se jette sur tout ce qui brille n'ont toujours pas compris et avalent n'importe quelle pilule pourvu qu'elle soit dorée. Mettez des diamants bruts dans leur jardin de Tourbillon ils ne les verront même pas et les jetterons par la fenêtre... comme leur argent.