27.10.2020 à 15:54

Poudre suspecte en ValaisSion: l’enveloppe contenait de l’amidon

Lundi, la chancellerie d’État du Valais alertait la police après avoir reçu une enveloppe contenant de la poudre blanche. Les analyses sont formelles. Pas trace d’anthrax ou de toute autre substance toxique.

von
Evelyne Emeri
Gros déploiement lundi à Sion dans le bâtiment du gouvernement valaisan. Les pompiers du site chimique CIMO de Monthey sont venus s’occuper de ce courrier au contenu alarmiste.

Gros déploiement lundi à Sion dans le bâtiment du gouvernement valaisan. Les pompiers du site chimique CIMO de Monthey sont venus s’occuper de ce courrier au contenu alarmiste.

Police cantonale valaisanne

La menace a été prise très au sérieux. Lundi matin à Sion (VS), lorsque deux employés de l’Administration cantonale s’occupent du courrier et découvrent une poudre blanche à l’intérieur d’une enveloppe, l’alerte est immédiatement donnée. La police cantonale fait évacuer le deuxième étage du Palais du gouvernement valaisan, afin de protéger les collaborateurs et laisser travailler les spécialistes, en particulier les pompiers du site chimique CIMO de Monthey.

Fâché contre les mesures Covid

Le courrier était adressé à l’Administration cantonale située à la place de la Planta. L’expéditeur anonyme se plaignait des diverses mesures drastiques, prises la semaine dernière par le Conseil d’État valaisan, en regard de la hausse massive des cas de Covid-19. La substance douteuse contenue dans l’enveloppe a été analysée par le Centre universitaire romand de médecine légale (CURML), à Lausanne. Sa conclusion est sans appel. «Il s’agit d’amidon», confirme Stève Léger, porte-parole de la police valaisanne.

Auteur traqué

Une instruction avait été immédiatement ouverte après la découverte de cette lettre qui a fait trembler, en particulier les deux personnes dévolues au courrier du jour et qui ont manipulé l’enveloppe en question. Acheminées à l’Hôpital de Sion pour y subir des contrôles, «elles sont en parfaite santé, ajoute le communicant de la police, mais choquées».

De l’amende à la prison

L’auteur de ces agissements reste inconnu à ce stade des investigations. L’enquête, diligentée par la procureure du Valais central, Corinne Caldelari, se poursuit pour menaces alarmant la population. Le coupable risque trois ans de prison maximum ou une peine pécuniaire.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
20 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Fendant

27.10.2020 à 17:38

Encore un guignol qui essaie de se rendre intéressant en agissant de la sorte. Comme si i n'y avait déjà pas assez de pollution là-bas.

Bizzare

27.10.2020 à 17:34

Bizarre on ne parle plus de la Chine.... aurait-elle gagné la première étape ?

Fondue

27.10.2020 à 17:25

Parce qu’on peut aussi se faire livrer de la Maïzena pour la fondue par La Poste !