24.11.2019 à 18:06

FootballSion n’a pas réussi à éviter la défaite

Battu 4-3 par YB, le club de Tourbillon a payé cher ses oublis défensifs. Revenus deux fois au score, les Valaisans ont fini par craquer.

Nsame (18) a marqué trois fois pour YB.

Nsame (18) a marqué trois fois pour YB.

Avant de se mesurer à YB, le FC Sion, qui s’y connaît pourtant en épisodes ubuesques, avait vécu la pause internationale le plus surréaliste de son histoire. Il y a d’abord eu les (multiples) attaques verbales de Stéphane Henchoz, un coach démissionnaire n’hésitant pas à sortir la sulfateuse pour critiquer ses anciens joueurs en des termes parfois blessants – une prise de paroles très inhabituelle à ce niveau. Pour poursuivre ce grand déballage et surtout organiser la réplique, Kevin Fickentscher est ensuite monté au front pour fustiger le comportement et le prétendu manque de communication du technicien fribourgeois, poussé dans les cordes par un gardien s’improvisant parfait redresseur de torts.

Dans une rencontre avec la génération actuelle savamment mise en scène, plusieurs anciennes gloires (dont Serge Trinchero, Jean-Claude Donzé et Alvaro Lopez) étaient enfin venues jeudi passé prêcher la bonne parole et faire vibrer la corde identitaire en exaltant les valeurs historiques du club valaisan afin d’espérer susciter une prise de conscience de ceux qui en «défendent» aujourd’hui les couleurs.

On ignore ce qui s’est vraiment dit entre les murs du centre d’entraînement de Riddes mais le résultat est là, sorti de la cruelle vérité du terrain : battu pour la quatorzième fois consécutivement par YB pour qui il n’est rien d’autre qu’un aimable sparring-partner, Sion n’est toujours pas parvenu à inverser la tendance. Le voici qui demeure sur une série négative de huit matches de championnat sans victoire (sept revers et un nul). Alors oui, le club de Tourbillon a bien parfois fait jeu égal avec le leader, qu’il a même bousculé par moment en faisant montre d’une force de caractère dont beaucoup commençaient à douter, mais il a été pénalisé par sa trop grande légèreté défensive. Quand on a la chance d’égaliser à 20 minutes de la fin, on n’a pas le droit de se découvrir pareillement. Une naïveté payée cash.

La pire des entames

Pour sa première titularisation dans la cage valaisanne cette saison, Fayulu devait connaître la pire des entames, YB marquant deux buts sur ses deux premières actions. Des buts venus de la gauche, similaires dans leur conception, avec chaque fois Nsame à la conclusion. Le buteur bernois a d’abord surgi pour concrétiser un centre de Garcia avant de placer un extraordinaire plat du pied à la suite d’un service de Ngamaleu que Fassnacht avait remisé en direction du No 18. On jouait depuis seulement 142 secondes et Sion se retrouvait déjà mené 2-0. Après avoir frisé la correctionnelle (17e, tête de Nsame), les Valaisans allaient pourtant retrouver quelques esprits et suffisamment de formes mentales pour revenir à la hauteur de leur adversaire, à la suite d’un nouveau doublé express, réussi cette fois par Kasami, grâce à une tête plongeante (centre de Facchinetti) suivie d’une merveille de reprise de volée sur un renvoi de Zesiger.

Si Sion a certes su réagir, il n’en demeurait pas moins toujours extrêmement vulnérable en défense où sa nouvelle charnière centrale Andersson-Ruiz, en panne logique d’automatismes, a souvent «pataugé». A témoin le troisième but bernois, œuvre de l’inévitable Nsame, s’offrant un rare coup du chapeau en moins d’une demi-heure sur un contre qui sanctionnait à nouveau les errances sédunoises, Assalé n’ayant aucune peine à décaler son camarade de jeu. A cet égard, on peut s’interroger sur la présence de Bamert sur le banc, cinq jours après avoir brillé avec les M21 helvétiques contre la France.

Haute intensité

Déjà de haute intensité, la partie n’allait pas baisser de rythme après la pause - les occasions chaudes se multiplièrent, le ballon naviguant d’un côté à l’autre. A ce petit-jeu, les deux portiers rivalisèrent de brio. Après deux scènes de penalty suspectes (sur Lenjani d’abord puis Grgic), Sion devait trouver très provisoirement la récompense de sa débauche d’énergie lorsque Kasami convertissait de la tête une balle en cloche de Patrick – refusée initialement par le juge de touche en raison d’un hors-jeu tout sauf manifeste, la troisième réussite de l’après-midi du No7 était validée par la VAR.

Joie valaisanne hélas de courte durée : sur une action de rupture, Assalé, lancé par Aebischer, se jouait de toute la défense pour marquer dans un trou de souris. Jusqu’au bout, Sion, porté par son formidable public, a malgré tout pu y croire. Mais rien n’y fit, YB tenant le choc et s’accrochant à ces trois points avec un Hoarau transformé en premier défenseur. Evitant les sifflets à sa sortie du terrain, Sion n’a pas vraiment démérité face au leader mais il a manqué de discernement dans les moments clé de la rencontre. Comme au coup d’envoi par exemple.

Nicolas Jacquier, Sion

Sion – Young Boys 3-4 (2-3)

Tourbillon, 9500 spectateurs. Arbitre : M. Schärer.

Buts: 1re (26 secondes) Nsame 0-1, 3e Nsame 0-2, 22e Kasami 1-2, 23e Kasami 2-2, 29e Nsame 2-3, 69e Kasami 3-3, 76e Assalé 3-4.

Sion: Fayulu ; Maceiras, Andersson, Ruiz, Facchinetti ; Zock (84e Uldrikis) ; Grgic, Kasami, Toma ; Lenjani (71e Fortune, 75e Itaitinga), Patrick. Entraîneurs : C. Zermatten et S. Bichard.

Young Boys: Von Ballmoos ; Janko, Sörensen, Zesiger, Garcia ; Fassnacht, Aebischer (77e Martins), Lustenberger, Ngamaleu (77e Spielmann) ; Assalé, Nsame (63e Hoarau). Entraîneur : G. Seoane.

Notes: Sion sans Mitryushkin, Raphael, Khasa, Ndoye, Doumbia (blessés), ni Kouassi (suspendu). YB sans Camara, Gaudino, Lauper, Sierro, Sulejmani (blessés). En l’absence de Kouassi, Toma porte le brassard de capitaine.

Avertissements: 8e Zesiger, 54e Nsame, 85e Lustenberger.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!