Football: Six cas positifs dans le staff du LS
Publié

FootballSix cas positifs dans le staff du LS

Le Covid-19 s’est invité dans le vestiaire vaudois, entraînant le report du match YB – LS prévu ce mercredi soir. Toute l’équipe a été placée en quarantaine sous surveillance. Le derby lémanique très incertain.

par
Nicolas Jacquier
Le vestiaire lausannois a été touché par le Covid-19.

Le vestiaire lausannois a été touché par le Covid-19.

Patrick Martin

Le Covid-19 n’a pas fini de perturber le championnat et surtout de chambouler son calendrier. Seules deux rencontres d’une 16e journée de Super League étalée sur deux jours se seront ainsi disputées d’ici ce jeudi soir. Après les reports de Lucerne - Saint-Gall, repoussé en raison de la quarantaine imposée aux joueurs de Fabio Celestini, et de Lugano - Servette (les «grenat», sortis de leur quarantaine mardi seulement, n’ayant pas eu, de manière compréhensible, le temps de se préparer), le coronavirus a eu raison d’un troisième match: Young Boys - Lausanne, prévu initialement ce mercredi soir au Wankdorf, a été à son tour reporté en raison de plusieurs cas déclarés dans l’entourage du club de la Tuilière.

Après avoir alerté la Swiss Football League dans la matinée, Lausanne s’en est remis à la décision du médecin cantonal vaudois, Karim Boubaker. Le verdict est finalement tombé peu après 13h, sous forme de mise en quarantaine «sous surveillance» (ou préventive).

Tout le groupe avait été testé mardi

Alors que des symptômes étaient apparus dans le vestiaire en début de semaine, le club avait soumis mardi l’ensemble de l’équipe (joueurs et staff élargi) à des tests. Il s’avère que l’immense majorité des cas positifs affecte les membres du staff, entraîneur compris. Selon nos informations, aucun joueur n’aurait été infecté mais la prudence reste de mise. «On est encore en phase d’incubation», observe un dirigeant du club.

Afin de ne prendre aucun risque et dans l’attente des résultats, l’équipe, jouant la carte de l’anticipation, avait déjà renoncé à se réunir mercredi matin à la Tuilière pour y préparer son déplacement dans la capitale.

Huitième équipe en quarantaine

Lausanne n’est bien sûr pas le premier club à devoir passer par la case quarantaine. En Super League, sept autres équipes s’y sont déjà astreintes depuis le coup d’envoi de l’exercice 2020-2021, certaines, à l’instar du Servette FC, même deux fois. Seuls Young Boys (quelques cas de Covid isolés) et le FC Zurich (qui avait subi en juillet dernier un isolement collectif à la suite du premier cas de Covid dans le football suisse touchant son défenseur Mirlind Kryeziu), y ont échappé cette saison.

Pour l’heure, le derby Servette - Lausanne, prévu dimanche après-midi à la Praille, n’a pas encore été renvoyé, mais sa tenue reste assortie du conditionnel. Tout dépendra de l’évolution de la situation sanitaire dans le camp des visiteurs et des examens encore en cours. Une décision de principe devrait tomber d’ici vendredi au plus tard. D’ici là, les joueurs, confinés à leur domicile, ont l’interdiction de s’entraîner.

«On a pourtant envie de jouer dimanche à Genève», lâche Vincent Steinmann, directeur commercial du club vaudois. Il semblerait cependant surprenant que le rendez-vous du Stade de Genève puisse avoir lieu dans ces conditions. Si la quarantaine du LS était confirmée comme on le redoute, elle entraînerait le renvoi, outre le derby lémanique, de deux autres parties, celles prévues contre Bâle (4 février) et à nouveau YB (7 février).

Il faut jouer la moitié des matches

Entre quarantaines imposées, matches renvoyés et calendrier déjà surchargé, le championnat pourra-t-il aller à son terme? La Super League doit obligatoirement se terminer le 21 mai (dernière journée) pour laisser place à l’Eurosi tant est que celui-ci puisse avoir lieu.

Prévoyant des cas d’interruption de la compétition, la Swiss Football League avait révisé ses règlements l’automne dernier. Pour qu’un classement puisse être validé, il faut dorénavant que la moitié des matches aient pu se disputer (soit dix-huit journées complètes en Super League). Si tel était le cas, le leader du classement au moment de l’arrêt du championnat serait déclaré champion, et l’équipe classée 10e automatiquement reléguée en Challenge League.

On n’en est certes pas encore là, mais ces matches renvoyés en série ne vont pas faciliter l’élaboration d’un calendrier de secours. Comme en hockey sur glace, le football helvétique doit apprendre à composer – à bonne distance – avec le virus et à jongler avec les dates. La désagréable impression qui s’en dégage est en train de transformer la Super League en un gigantesque foutoir.

Votre opinion