Publié

La TchauxSix cerisiers quittent leur place pour fleurir ailleurs

Trop fragiles pour un milieu urbain, les arbres sont déterrés pour être replantés dans un environnement plus propice à leur croissance, notamment à la piscine.

par
Vincent Donzé
1 / 6
La place de la Carmagnole sera chatoyante en automne.

La place de la Carmagnole sera chatoyante en automne.

Lematin.ch/Vincent Donzé
Deux cerisiers ont été replantés à la place de la Colombe.

Deux cerisiers ont été replantés à la place de la Colombe.

Lematin.ch/Vincent Donzé
Les printemps fleuris, c’est fini dans le prolongement du Pod.

Les printemps fleuris, c’est fini dans le prolongement du Pod.

DR/Giovanni Sammali

Les cerisiers ne fleuriront plus à la place de la Carmagnole, à La Chaux-de-Fonds. Mercredi, six spécimens ont été déterrés pour être replantés ailleurs: trois à la piscine des Mélèzes, deux à la place de la Colombe, Des environnements jugés plus propices à leur croissance. Le dernier est allé à l’infirmerie, dans une pépinière.

L’opération menée à la pelle rétro n’est pas cosmétique: les cerisiers sont trop fragiles pour se développer en milieu urbain. Le problème, place de la Carmagnole, c’est que dans les fosses, la terre était trop compacte. «Nous mettrons 70% de chaille pour aérer la terre et favoriser l’enracinement», indique Denis Finger, chef du Secteur vert

En déterrant les cerisiers, Denis Finger a découvert des racines horizontales d’à peine 30 centimètres, mais rien ou presque en profondeur. «Voilà pourquoi ces cerisiers passaient l’arme à gauche: ils étaient incapables de s’enraciner dans cette terre végétale marneuse», soupire-t-il. Régulièrement remplacés, ils ont au maximum dix ans d’âge.

Ailleurs en ville, les cerisiers sont mieux lotis.

Ailleurs en ville, les cerisiers sont mieux lotis.

DR/Ville de La Chaux-de-Fonds

En guise de remplacement, le Service des espaces publics et le Service de l’urbanisme ont opté pour des érables de Mandchourie et des féviers d’Amérique sans épines. Denis Finger promet une belle allée avec de «jolis tons d’automne», avec des variations de jaune, d’orange et de vert.

«On est à mille mètres, les essences indigènes diffèrent de celles de Lausanne ou Montreux», conclut Denis Finger.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
5 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Timbeer

26.11.2020 à 02:00

Stop , demandez d'abord à Genève , pour tout ce qui des arbres , tel que arrachages ,coupes , elagages etc. ils ont une experience hors normes . Les grand bûcherons ne sont plus Canadiens , mais bien genevois .

mendrisiotto

25.11.2020 à 19:30

C'est pour mettre des vélos

Pierre

25.11.2020 à 19:20

Scandaleux!