30.07.2020 à 15:24

Neuchâtel

Six chiens morts: «Cassy ira se baigner, il fait trop chaud!»

L’enquête ne fait que débuter et elle passera par des autopsies, mais à Colombier, les riverains se sont fait leur opinion, avant la fermeture des plages face à une potentielle contamination par des cyanobactéries.

par
Vincent Donzé
Le bulldog Cassy (2 ans) mange de tout: au camping de Colombier, il est tenu en laisse.

Le bulldog Cassy (2 ans) mange de tout: au camping de Colombier, il est tenu en laisse.

VDé

L’appel à la prudence lancé aux détenteurs de chiens par la police neuchâteloise fait des vagues au bord du lac de Neuchâtel. Entre Colombier et l’embouchure de l’Areuse, «Plusieurs canidés ont été empoisonnés de manière indéterminée», a communiqué la police ce jeudi. «Le matin.ch» s’est rendu au bord du lac, où il y avait foule, même si les promeneurs de chien étient moins nombreux que d’habitude.

La police a commencé par rechercher des «éléments suspects au sol». Présidente de la commune fusionnée de Milvignes, Marlène Lanthemann ne détient pas de chien. Jeudi après-midi, elle s’est entretenue avec un agent: «J’ignore si la cause est identique dans les six cas», commente-t-elle en début d’après-midi.

Sur les réseaux sociaux, certains évoquent les cyanobactéries toxiques qui prolifèrent dans l’eau chaude et stagnante, riche en nutriments. En cause: un apport d’azote et de phosphate. «Ça ne peut pas venir de l’eau: notre chienne s’est baignée sans dommage», disent les propriétaires biennois de Flip, un Bolonka de quatre ans. Sur la rive, devant la plage, personne ne les a informés avant «lematin.ch».

Flip, un Bolonka de 4 ans, n’a pas souffert de sa baignade.

Flip, un Bolonka de 4 ans, n’a pas souffert de sa baignade.

V.Dé

Au camping de Colombier, les propriétaires argoviens de Cassy ne sont pas plus inquiets: «Notre bulldog de deux ans ne mange pas tout». Le risque d’un empoisonnement ne les fera pas quitter le camping: «Cassy ira se baigner dans le lac, il fait trop chaud!» tranche sa maîtresse, informée par une dame pendant une promenade, dans un secteur où tous les chiens doivent être tenus en laisse.

Vanille avec sa propriétaire Dominique Hämmerli: la rive de lac de Neuchâtel suscite de l’inquiétude à Colombier (NE).

Vanille avec sa propriétaire Dominique Hämmerli: la rive de lac de Neuchâtel suscite de l’inquiétude à Colombier (NE).

VDé

«Ce sont des boulettes empoisonnées», suppose Dominique Hämmerli, qui tient ce jeudi le kiosque de Robinson. Cette Chaux-de-Fonnière ne craint rien pour sa chienne Vanille, tenue en laisse à l’arrière du kiosque: «Tout le monde ici salue Vanille, je n’ai jamais ressenti d’animosité envers les chiens».

Dimanche dernier, il y avait 25 chiens avec leurs adoptants autour du kiosque tenu par Dominique Hämmerli, sachant que tous les dimanches d’août, le bénéfice est destiné à l’association «L’Arche de Kira». Mais aucune menace ni aucune plainte n’ont été proférées.

«Mon husky noir n’a pas retrouvé sa mobilité», confie une propriétaire qui a retiré sa publication sur Facebook devant la déferlante de haine suscitée par son témoignage. Cette propriétaire se trouvait sur la rive à 17 h 30, mercredi: «Mon chien a avalé quelque chose sur la plage de galets, mais il est aussi allé se baigner dans les algues», dit-elle.

En un quart d’heure, son chien a été transporté chez une vétérinaire. Cette rapidité l’a sauvé. «Il a vomi, avant de perdre connaissance, l’œil révulsé», rapporte la propriétaire du husky. Première hypothèse évoquée par la vétérinaire: de l’arsenic, sans exclure un empoisonnement par des cyanobactéries

Sans réveiller Vanille, la propriétaire fribourgeoise d’un yorkshire prénommé Droopy sursaute en apprenant l’information: «Mon chien mange tout ce qu’il trouve, je ferai attention, sans changer mon programme», dit-elle, en poursuivant sa randonnée

Droopy avec sa maîtresse de Marly (FR): attention à ce qu’il ingurgite!

Droopy avec sa maîtresse de Marly (FR): attention à ce qu’il ingurgite!

V.Dé

La piste des cyanobactéries privilégiée

Le chimiste cantonal neuchâtelois a ordonné jeudi la fermeture préventive des plages entre l’embouchure de l’Areuse et Colombier suite à des suspicions de contaminations par des cyanobactéries. Six chiens sont décédés en 24 heures après des baignades dans le lac dans cette zone.

Les probabilités d’une contamination par une cyanobactérie étant élevées, sans être à ce jour confirmées scientifiquement, la baignade pour les humains et les animaux domestiques est désormais interdite dans le secteur concerné jusqu’à nouvel avis, a indiqué la police cantonale sur son site internet.

Dès jeudi soir, la police a procédé à l’évacuation préventive des baigneurs en leur expliquant les risques. Ces opérations se sont bien déroulées, selon le communiqué.

Pour les autres plages du littoral, aucun cas identique n’a été détecté à l’heure actuelle. Néanmoins, par mesure de précaution la baignade est déconseillée sur l’ensemble des plages du canton, en attendant les résultats d’analyses des prélèvements qui seront effectués dans la journée de vendredi. – (ATS)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
11 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Anny

31.07.2020 à 07:53

Mon chien ira dans l'eau! et après? mettez-lui une bassine avec de l'eau propre pour qu'il puisse s'amuser un peu au lieu de risquer sa vie, si vous l'aimez vraiment! sinon n'adoptez pas de chien...ou pour certains, de chats qui disparaissent en grand nombre. Protégez-les bon sang!!

Firelord

31.07.2020 à 06:17

J'espère que toutes les personnes qui disent ne pas s'inquiéter pour leur chiens ne viendront pas pleurer ici en cas de malheur (ce que je n'espère évidemment pas!), le principe de précaution devrait être appliqué ici.

Calmos

31.07.2020 à 06:07

Étonnant de commencer un article avec des témoignages qui tranchent complètement avec les premières conclusions des autorités sanitaires! Ceci peut générer une mauvaise appréhension de la situation et des réactions inadaptées ou dangereuses... La "théorie des boulettes" et les affirmations gratuites de certains témoins sont particulièrement graves. A quant une revendication de la "ligue contre les envahisseurs suisse-allemands des rives"?