Jordanie: Six condamnations à mort pour l’agression d’un adolescent
Publié

JordanieSix condamnations à mort pour l’agression d’un adolescent

Plusieurs personnes ont été condamnées à mort mercredi pour avoir amputé les mains et avoir tenté de crever les yeux d’un ado de seize ans, dans un acte de vengeance.

La capitale de la Jordanie, Amman. 

La capitale de la Jordanie, Amman.

AFP

Six personnes ont été condamnées à mort mercredi en Jordanie, pour avoir amputé les mains et essayé de crever les yeux d’un adolescent de seize ans, par vengeance, a indiqué une source judiciaire.

La victime avait été enlevée en octobre à Zarqa, à 25 kilomètres au nord-est d’Amman, par un groupe de dix-sept personnes. L’agression avait été filmée et des images avaient circulé sur internet.

Il s’agissait d’un acte de représailles contre le père de l’adolescent qui était en détention pour son implication dans l’assassinat du frère de quatre des agresseurs pour une affaire d’argent.

Le caractère particulièrement atroce du crime contre le jeune garçon avait suscité l’effroi dans le pays et soulevé une vague d’indignation. Des voix s’étaient élevées pour réclamer la peine de mort à l’encontre des responsables. L’agression a été requalifiée en «acte terroriste» et le dossier a été transféré d’un tribunal pénal à la cour de sureté de l’Etat.

«Atrocité innommable»

Outre les six condamnations à la peine capitale, un accusé a écopé de quinze ans de prison pour complicité, un second de dix ans pour enlèvement et deux autres d’un an de détention. Sept personnes ont été acquittées.

Le roi Abdallah II avait ordonné que l’adolescent soit pris en charge à l’hôpital King Hussein d’Amman – où le jeune homme a pu retrouver l’usage d’un oeil – et avait demandé des mesures judiciaires sévères à l’encontre des agresseurs. La reine Rania avait qualifié cette attaque «d’atrocité innommable à tous égards».

La Jordanie condamne à mort mais n’applique pas toujours cette peine. Les dernières exécutions remontent à mars 2017. Cette année-là, quinze accusés avaient été pendus, dont dix pour des actes terroristes.

(AFP)

Votre opinion