07.08.2020 à 11:23

ItalieSix femmes superviseront les finances du Vatican, une première

Le pape François a, pour la toute première fois, nommé six expertes laïques au sein de l’organe de quinze membres qui contrôle l’administration et les finances du Saint-Siège.

Les six femmes nommées par le pape viennent du milieu universitaire, du monde politique et de la finance.

Les six femmes nommées par le pape viennent du milieu universitaire, du monde politique et de la finance.

KEYSTONE

Six femmes ont été désignées par le pape François comme expertes laïques au sein du Conseil pour l'Economie, dont l'objectif est de superviser les structures et activités administratives et financières du Saint-Siège, a annoncé le Vatican dans un communiqué.

C'est la première fois que des femmes sont nommées au sein de cet organe de 15 membres (dont huit cardinaux ou évêques), institué en 2014 par le pape François.

Le cardinal Reinhard Marx, archevêque de Munich et de Freising, en reste le coordinateur, mais le pape François a décidé de renouveler largement le Conseil en nommant 13 nouveaux membres sur 15, dont six cardinaux et sept experts.

La première fois

Les six femmes experts viennent du milieu universitaire, du monde politique et de la finance, parmi lesquelles:

- deux Allemandes: Charlotte Kreuter-Kirchhof, professeure de droit à l'Université Heinrich-Heine de Düsseldorf, et Marija Kolak, présidente de l'Association allemande des banques populaires et des caisses populaires.

- deux Espagnoles: la présidente du conseil d'administration d'Azora Capital et d'Azora Gestion Maria Concepcion Osacar Garaicoechea, et la juriste et économiste Eva Castillo Sanz.

- deux Britanniques: l'ancienne secrétaire travailliste à l'Enseignement Ruth Mary Kelly, et l'ancienne conseillère financière du prince Charles Leslie Jane Ferrar.

Un seul homme figure parmi les experts nommés, l'économiste italien Alberto Minali.

Les six nouveaux responsables religieux intégrés au Conseil sont Péter Erdo, archevêque d'Esztergom-Budapest, Hongrie, Odilo Pedro Scherer, archevêque de São Paulo (Brésil), Gérald Cyprien Lacroix, archevêque de Québec (Canada), Joseph William Tobin, archevêque de Newark (États-Unis), Anders Arborelius, évêque de Stockholm et Giuseppe Petrocchi, archevêque de L'Aquila (Italie).

(AFP/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
1 commentaire
L'espace commentaires a été desactivé

Robinson Wesson

07.08.2020 à 14:33

«Finances du Saint Siège», au moins on ne pourra plus dire qu’elles sont tenues que par des mafieux, il faudra ajouter «mafieuses», car au moins elles sauront s’occuper efficacement de la «blanchisserie»…

Etasseur

07.08.2020 à 14:06

Ça part d'un bon sentiment mais si on en déduit que les femmes calculent mieux que les hommes on va être taxé de sexisme. Ce politiquement correct, rarement désintéressé, se mord la queue. L'égalité des chances c'est en donner une à tout le monde en fonction de son talent ou de ses compétences pas privilégier une catégorie contre une autre en fonction de son sexe ou de sa couleur de peau