Irak: Six morts lors d’une dispute pour des terres agricoles
Publié

IrakSix morts lors d’une dispute pour des terres agricoles

Une dispute armée entre deux tribus dans le sud de l’Irak a provoqué la mort de six personnes, dont un soldat.

Des animaux dans la province de Missane.

Des animaux dans la province de Missane.

AFP

«Six personnes, dont un militaire, ont été tuées lors d’un conflit entre deux tribus dans le district Al-Uzaïr», situé au sud de la ville d’Amarah, chef-lieu de la province de Missane, en Irak, a indiqué à l’AFP Saad al-Zaïdi, porte-parole de la police locale. Le soldat faisait partie d’une des deux tribus et «était en congé lorsque le conflit a éclaté en raison de différends au sujet de terres agricoles», a-t-il précisé. L’affrontement armé entre les deux clans «a duré plusieurs heures», a-t-il dit.

Malgré un important dispositif sécuritaire déployé par les autorités, la province de Missane, frontalière de l’Iran, reste une véritable poudrière où circulent trafics de drogue et contrebandes en tout genre, et où les rivalités tribales dégénèrent en lutte armée. Début mai, des heurts entre membres d’une même tribu pour des terres agricoles avaient fait huit morts dans la même région. Par ailleurs les assassinats ou tentatives d’assassinat visant les magistrats ou les officiers de police sont fréquents, compliquant d’autant la tâche des forces de l’ordre.

Autre conflit Tribal

Plus au nord, dans la province de Wassit, un conflit armé mettant aux prises les membres d’une même tribu «a fait trois morts et trois blessés», a indiqué Ali Hussein al-Saraï de la police locale. Selon cet officier, les heurts, qui se sont déroulés dans la ville d’Al-Doubouni, ont éclaté «après une dispute à propos d’une jeune femme». «Une branche de la tribu voulait la voir épouser l’un de ses garçons, tandis qu’une autre branche de la tribu revendiquait la même chose», a-t-il dit.

Le système tribal est toujours très ancré en Irak, société par ailleurs marquée par un fort patriarcat. Les dizaines de tribus rassemblent des millions d’Irakiens, surtout dans le Sud chiite et rural. Les conflits armés entre tribus, ou au sein d’un même clan, sont fréquents et les différends échappent bien souvent à la justice de l’État et à la police, qui se gardent de s’en mêler.

(AFP)

Votre opinion