Hockey sur glace - Slava Bykov: «On m’avait un peu trahi, mais j’ai pardonné»
Publié

Hockey sur glaceSlava Bykov: «On m’avait un peu trahi, mais j’ai pardonné»

L’ancien joueur russe va quitter le conseil d’administration de FR Gottéron pour se consacrer à sa Fondation et aux jeunes Dragons. Il a aussi été déçu, notamment par rapport à son fils, et en parle…

par
Sport-Center
Slava Bykov s’exprime en toute liberté.

Slava Bykov s’exprime en toute liberté.

Jean-Guy Python

Après six ans passés au conseil d’administration de FR Gottéron, Slava Bykov, qui fêtera ses 61 ans samedi, va tirer sa révérence le 25 août lors de l’assemblée générale des actionnaires du club. Le Marlinois, qui conserve un rôle d’ambassadeur, préfère se consacrer à sa Fondation et soutenir les jeunes Dragons. C’est ce qu’il a déclaré à nos confrères de La Liberté.

L’ex-joueur de Saint-Léonard et entraîneur de la Russie, estime que «dans cette période trouble et dangereuse pour le sport», la jeunesse a besoin d’un coup de pouce. «Les structures étant saines dans le sport professionnel, je cède ma place à une personne prête à s’engager dans le domaine économique», explique celui qui représentait laspect sportif dans ce conseil d’administration.

Le Tsar, qui a porté le tricot des Dragons ce 1990 à 1998, précise dans le quotidien fribourgeois qu’il ne coupe pas le cordon avec son club de cœur. «Je suis prêt à répondre aux éventuelles demandes du conseil d’administration au cas par cas, par exemple pour parler à des sponsors potentiels. C’est aussi important.»

«Ce n’est pas de cette manière qu’on doit traiter les gens»

Slava Bykov après la prolongation de contrat de son fils Andrei qui a tardé

Si cela n’a rien à avoir avec sa décision de quitter le conseil d’administration, Slava Bykov reconnaît que la manière dont le dossier concernant la prolongation de contrat de son fils Andrei a été gérée (longue attente, diminution salariale drastique), l’a quelque peu surpris et surtout déçu. «Ce n’est pas de cette manière qu’on doit traiter les gens.»

Slava Bykov et son fils Andrei…

Slava Bykov et son fils Andrei…

Archives/LMS

Ancien entraîneur et manager, le Russe a toujours privilégié le dialogue avec les joueurs, toujours pour le bien de son équipe. «Les liens personnels ne passent qu’en 3e ou 4e position. L’objectif est de servir les intérêts du club. C’est primordial. Si un joueur a des qualités et un caractère fort, c’est à toi de trouver le moyen de bien gérer tout ça. Si cela débouche sur un conflit, c’est, selon moi, que tu n’es pas un bon dirigeant.»

«Si un joueur a des qualités et un caractère fort, c’est à toi de trouver le moyen de bien gérer tout ça»

Slava Bykov, à propos des relations tendues entre Christian Dubé et son fils

L’ex-champion olympique est conscient que les relations tendues entre Christian Dubé et son garçon auraient dû passer au second plan, mais l’homme, intelligent, n’en veut pas au club. «Il ne faut pas être égoïste, dit-il encore à nos confrères. Après deux saisons enrichissantes d’un point de vue humain à Lausanne (1998-2000), je suis revenu à Fribourg. On m’avait un peu trahi, mais j’ai pardonné. Certaines situations sont forcément émotionnelles. Mon gamin n’a jamais cherché à partir, à signer un meilleur contrat. Il m’a toujours dit: «Je veux gagner le titre avec Gottéron.» De mon côté, alors qu’il était question de son contrat, je n’ai discuté avec personne pour tenter d’influencer la décision.»

«Mon gamin m’a toujours dit: «Je veux gagner le titre avec Gottéron»

Slava Bykov, père d’Andrei, joueur de FR Gottéron

S’il ne cache pas qu’il pense toujours à reprendre des fonctions de coach derrière un banc, ce n’est pas encore sa priorité. «Les jeunes ont peut-être plus de besoins actuellement, estime l’ex-No 90. Je peux les soutenir en profitant de mon image ou par des faits et des gestes. J’aimerais apporter quelque chose.»

Il répète toutefois qu’il n’a pas fermé la porte, qu’il est libre de reprendre du service à tout moment. «Je viens de le dire à un journaliste russe. Il y a aussi mon ami et assistant de toujours, Igor Zakharkine, qui vient de s’engager comme entraîneur assistant à Krefeld. Il m’a averti. Je suis là pour l’aider, lui transmettre certaines idées. Chacun doit garder son destin en main, être capable de décider s’il veut reprendre ou pas. Le plus important, c’est d’être honnête et de se laisser le temps. Dans mon cas, on verra

Et de remercier le conseil d’administration de FR Gottéron «et tous les membres du club» de lui avoir permis de vivre une expérience inoubliable dans les coulisses de ces Dragons qu’il aime tant

Votre opinion