15.09.2015 à 19:10

Snapchat propose de payer pour revoir ses messages

Etats-Unis

Les utilisateurs américains de l'application pourront avoir accès à d'anciennes photos et vidéos tout en y mettant le prix.

Cette application propose d'envoyer des photos et des vidéos qui sont visibles seulement pendant un court laps de temps.

Cette application propose d'envoyer des photos et des vidéos qui sont visibles seulement pendant un court laps de temps.

Photo d'illustration, Reuters

Snapchat, qui a bâti sa notoriété avec des messages qui disparaissent quelques secondes après avoir été consultés par leur destinataire, propose depuis mardi à ses utilisateurs aux Etats-Unis de payer pour les revoir.

Le service américain de messagerie, très prisé par les adolescents, avait déjà introduit il y a environ deux ans une fonction de rediffusion gratuite, mais chaque utilisateur ne pouvait l'utiliser qu'une fois par jour, pour un seul message.

Cette situation est «parfois frustrante» pour les utilisateurs «qui reçoivent beaucoup de "snaps" chaque jour méritant une rediffusion», fait valoir la startup dans un message publié mardi sur son blog officiel.

Trois rediffusions pour 0.99 dollar

Elle permet donc désormais aux Etats-Unis d'acheter des rediffusions supplémentaires, avec un prix annoncé de 0,99 dollar pour 3 rediffusions. «Elles sont un peu coûteuses - mais le temps c'est de l'argent!», commente la société.

Chaque message continuera de pouvoir être rediffusé une seule fois, mais les utilisateurs pourront en revoir autant qu'ils le souhaitent, moyennant finances.

Cet outil entre dans le cadre des efforts naissants de Snapchat pour gagner de l'argent avec son service. Il avait déjà commencé l'an dernier à tester l'intégration d'annonces publicitaires.

Valorisation estimée à 15 milliards de dollars

Snapchat, lancé en 2011, fait partie des startups non-cotées les plus en vue aux Etats-Unis, avec une valorisation estimée à 15 milliards de dollars lors d'un récent tour de table en mai.

Son patron Evan Spiegel avait affirmé à la même époque qu'il comptait une centaine de millions d'utilisateurs par jour et avait dit envisager une introduction en Bourse, mais sans évoquer d'échéance précise.

Selon certains médias, le service compterait parmi ses actionnaires le géant chinois du commerce en ligne Alibaba, mais aurait rejeté il y a deux ans une offre de rachat par Facebook pour 3 milliards de dollars.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!