France: SNCF: Valls appelle à l'arrêt de la grève

Actualisé

FranceSNCF: Valls appelle à l'arrêt de la grève

Le premier ministre a appelé samedi à l'arrêt «le plus vite possible» du mouvement de débrayage à la SNCF, qu'il a qualifié de «totalement incompréhensible».

1 / 112
Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a fait état de 62 interpellations en France à la suite des violences. 78'000 personnes ont défilé selon la police, 170'000 selon les organisateurs. (Jeudi 15 septembre 2016)

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a fait état de 62 interpellations en France à la suite des violences. 78'000 personnes ont défilé selon la police, 170'000 selon les organisateurs. (Jeudi 15 septembre 2016)

Keystone
Les violences qui ont éclaté jeudi en France, lors des manifestations pour réclamer l'abrogation de la loi Travail, ont fait une vingtaine de blessés. (15 septembre 2016)

Les violences qui ont éclaté jeudi en France, lors des manifestations pour réclamer l'abrogation de la loi Travail, ont fait une vingtaine de blessés. (15 septembre 2016)

AFP
Plusieurs milliers de personnes ont commencé à défiler jeudi dans plusieurs villes de France pour réclamer l'abrogation de la loi Travail. «Montrer qu'on est toujours là et qu'on n'est pas d'accord», a déclaré l'un des manifestants après des mois de conflit social. (Jeudi 15 septembre 2016)

Plusieurs milliers de personnes ont commencé à défiler jeudi dans plusieurs villes de France pour réclamer l'abrogation de la loi Travail. «Montrer qu'on est toujours là et qu'on n'est pas d'accord», a déclaré l'un des manifestants après des mois de conflit social. (Jeudi 15 septembre 2016)

Keystone

«Cette grève elle est déjà incompréhensible, la grève de la SNCF n'a rien à voir avec les textes de loi sur le travail (...) Mais alors en Ile-de-France, dans le Centre, dans les régions qui ont été touchées (...), elle est totalement incompréhensible», a déclaré le Premier ministre en marge d'un déplacement dans un quartier inondé de Crosne (Essonne). «Je demande à chacun de prendre ses responsabilités, de suspendre et d'arrêter ce mouvement le plus vite possible.»

«Ici, nous sommes à proximité de la ligne D du RER, qui a déjà des difficultés (...) et c'est l'une des plus touchées par la grève. Les habitants qui sont déjà en difficulté subissent le préjudice de la grève», a appuyé le premier ministre français.

Chaussé de bottes en caoutchouc

«Donc, moi, a-t-il enchaîné, je souhaite que chacun soit responsable dans ce moment-là, fasse oeuvre et preuve de solidarité et que cette grève soit suspendue et arrêtée le plus vite possible», a-t-il martelé.

«Nous aurons encore des discussions avec la direction, il y aura des discussions entre la direction et les syndicats. Pénaliser les usagers franciliens ou du Centre, qui subissent les intempéries, qui subissent les inondations, ça n'est pas possible», a dit encore Manuel Valls, chaussé de bottes en caoutchouc.

(AFP)

Ton opinion