Publié

NSASnowden a utilisé les identifiants de ses collègues

Pour avoir accès à certains documents, Edward Snowden a utilisé les codes de ses collègues de la NSA à Hawaï. Cela à leur insu.

1 / 65
Des migrants pauvres avaient caché dans leurs appartements à Hong Kong Edward Snowden en 2013. Aujourd'hui, les réfugiés craignent pour leur sécurité et ils demandent l'asile au Canada. (9 mars 2017)

Des migrants pauvres avaient caché dans leurs appartements à Hong Kong Edward Snowden en 2013. Aujourd'hui, les réfugiés craignent pour leur sécurité et ils demandent l'asile au Canada. (9 mars 2017)

archive, AFP
La justice norvégienne a de nouveau débouté mercredi l'ex-consultant de l'Agence de sécurité américaine (NSA), Edward Snowden. Il demandait des garanties contre une éventuelle extradition s'il venait chercher une récompense en Norvège. (Mercredi 28 septembre 2016)

La justice norvégienne a de nouveau débouté mercredi l'ex-consultant de l'Agence de sécurité américaine (NSA), Edward Snowden. Il demandait des garanties contre une éventuelle extradition s'il venait chercher une récompense en Norvège. (Mercredi 28 septembre 2016)

Reuters
Le fondateur du site WikiLeaks Julian Assange a recommandé à l'Américain Edward Snowden d'être «extrêmement prudent» s'il sortait de Russie, pays qui vient de lui renouveler l'asile et de lui permettre de voyager à l'étranger. (7 août 2014)

Le fondateur du site WikiLeaks Julian Assange a recommandé à l'Américain Edward Snowden d'être «extrêmement prudent» s'il sortait de Russie, pays qui vient de lui renouveler l'asile et de lui permettre de voyager à l'étranger. (7 août 2014)

Keystone

Edward Snowden a utilisé des identifiants et des mots de passe de collègues, à leur insu, pour avoir accès à certains documents confidentiels des services de renseignement américains, ont indiqué diverses sources. Il les a ensuite transmis aux médias.

L'ancien consultant de l'Agence nationale de sécurité américaine aurait convaincu entre 20 et 25 de ses collègues au centre opérationnel régional de la NSA à Hawaii de lui fournir leurs données personnelles en affirmant qu'il en avait besoin en tant qu'administrateur informatique, selon l'une de ces sources.

D'après une autre source, certains de ces employés ont été identifiés, interrogés et relevés de leurs fonctions. Cette même source ignore en revanche s'ils ont été limogés ou simplement affectés à d'autres postes.

Vague d'indignation

Grâce à ces identifiants et à ces mots de passe, Edward Snowden a pu avoir accès à des données qu'il n'était pas autorisé à consulter. Depuis, plusieurs enquêtes ont été lancées par les autorités américaines pour évaluer les dommages provoqués par les révélations d'Edward Snowden.

Ce dernier a travaillé pendant environ un mois au printemps dernier à Hawaii. Au cours de cette période, il a téléchargé des dizaines de milliers de documents de la NSA, qu'il a divulgués en juin après avoir fui à Hong Kong. Il est désormais en Russie, qui lui a accordé un asile provisoire.

Ses révélations sur l'étendue de la surveillance par les Etats-Unis des télécommunications dans le monde, en particulier des données relatives à des dirigeants d'autres pays, ont suscité une vague d'indignation dirigée contre Washington.

Motus et bouche cousue

La NSA et les services du directeur du Renseignement national ont refusé de commenter ces nouvelles informations sur les méthodes employées par Edward Snowden, en raison de l'enquête pénale en cours qui le vise.

Les autorités américaines peinent à évaluer les conséquences des révélations d'Edward Snowden, car l'informaticien serait parvenu à effacer certaines traces électroniques laissées lors de sa navigation dans les fichiers de la NSA.

Si les autorités américaines pensent désormais avoir une bonne idée des documents qu'Edward Snowden a pu consulter, elles n'ont aucune certitude sur la quantité et la nature des fichiers qu'il a effectivement téléchargés.

(ats)

Votre opinion