Publié

SuisseSoins: Unia réclame de meilleures conditions

Le syndicat dénonce la pénurie de personnel et le stress qui touchent les travailleurs dans le domaine des soins longue durée. Une pétition a été remise.

Des entreprises spécialisées dans les homes pour personnes âgées tablent sur une main d'oeuvre bon marché et facilement remplaçables.

Des entreprises spécialisées dans les homes pour personnes âgées tablent sur une main d'oeuvre bon marché et facilement remplaçables.

Keystone

La main-d'oeuvre employée dans le domaine des soins et de l'accompagnement de longue durée travaille souvent dans de mauvaises conditions, dénonce le syndicat Unia.

Une pétition munie de 10'000 signatures a été remise mardi à la Chancellerie fédérale par l'organisation de défense des travailleurs.

La pénurie de personnel et le stress sont souvent le lot des personnes qui travaillent dans le domaine des soins de longue durée, pointe le syndicat. Non seulement les employés en souffrent, mais la qualité des soins en pâtit également, souligne Unia dans un communiqué.

Intitulée «Des soins et un accompagnement de qualité nécessitent de bonnes conditions de travail», la pétition remise mardi à Berne réclame notamment des conditions d'emploi plus sûres, des effectifs suffisants, des salaires équitables et de la reconnaissance pour le travail accompli.

Un peu plus tôt dans la matinée, une cinquantaine de personnes actives dans les soins et l'accompagnement avait pris part à la Conférence de branche organisée par Unia à Berne. Celle-ci s'est principalement penchée sur le problème des homes à but lucratif.

Abus dénoncés

Le cas d'Orpea, l'un des plus importants prestataires privés dans le domaine des homes pour personnes âgées, est symptomatique, selon Unia. Ce dernier observe qu'Orpea s'est étoffé de 60 nouveaux établissements dans toute l'Europe depuis mai 2016.

Avec 51,4 millions d'euros de bénéfice net réalisé en 2016, le marché suisse n'est pas le plus grand d'Orpea, mais l'un des plus rentables. Or c'est à ce groupe qu'appartiennent les établissements suisses Senevita, apparus récemment sous les feux médiatiques en raison d'abus croissants.

Cette entreprise table sur une main-d'oeuvre bon marché et facilement remplaçable, critique Unia. Elle investit dans l'esthétique des aménagements et dans de juteux placements immobiliers plutôt que dans de bonnes conditions de travail, dénonce le syndicat.

Unia a lancé la semaine passée une action de protestation, afin d'exiger de la direction d'Orpea qu'elle remédie à ces problèmes et place le bien-être de ses collaborateurs, comme de ses pensionnaires, avant la recherche de profits. La direction de Senevita n'a pas réagi à ce jour, selon Unia.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!