Avion solaire: Solar Impulse 2 a atterri dans l'Ohio
Actualisé

Avion solaireSolar Impulse 2 a atterri dans l'Ohio

L'avion solaire devrait rejoindre New York puis traverser l'Atlantique.

1 / 99
Toute l'équipe de Solar Impulse 2 fête la fin du tour du monde de ses pilotes. (Mardi 26 juillet 2016)

Toute l'équipe de Solar Impulse 2 fête la fin du tour du monde de ses pilotes. (Mardi 26 juillet 2016)

Keystone
L'avion Solar Impulse 2, a atterri à Abou Dhabi, vers 02h05 du matin, (heure suisse) mardi 26 juillet, bouclant ainsi son tour du monde sans carburant.  (26 juillet 2016)

L'avion Solar Impulse 2, a atterri à Abou Dhabi, vers 02h05 du matin, (heure suisse) mardi 26 juillet, bouclant ainsi son tour du monde sans carburant. (26 juillet 2016)

AFP
Les deux pilotes Bertrand Piccard (g.) et André Borschberg (d.), se retrouvent, en présence de l'équipe de Solar Impulse et d'un parterre de personnes venus assister à l'atterrissge.  (26 juillet 2016)

Les deux pilotes Bertrand Piccard (g.) et André Borschberg (d.), se retrouvent, en présence de l'équipe de Solar Impulse et d'un parterre de personnes venus assister à l'atterrissge. (26 juillet 2016)

AFP

L'avion solaire suisse Solar Impulse 2 a bouclé dans la nuit de samedi à dimanche à Dayton, en Ohio, aux Etats-Unis, la douzième étape de son tour du monde. Il s'agissait de l'avant-dernier vol avant la traversée de l'océan Atlantique.

L'avion solaire expérimental, piloté par André Borschberg, s'est posé à 21h56 samedi (03h56 dimanche en Suisse) à l'aéroport international de Dayton après 16 heures et 34 minutes de vol, selon la vidéo retransmettant en direct le trajet. Il était parti de Tulsa, en Oklahoma. En comparaison, le trajet par la route entre Tulsa et Dayton dure en moyenne douze heures.

L'escale de Dayton a une portée particulièrement symbolique, car il s'agit de la ville d'origine des frères Orville et Wilbur Wright, deux pionniers américains de l'aviation, connus pour avoir effectué le premier vol avec un aéronef motorisé en 1903.

«Les gens nous disaient que ce que les Wright Brothers et ce que nous voulions accomplir était impossible», a déclaré Bertrand Piccard, l'autre pilote, après l'atterrissage de son coéquipier. «Ils avaient tort!».

Cap sur New York

L'objectif suivant de Solar Impulse doit être New York, dernière escale américaine. Après l'étape de la «Grosse Pomme», l'avion solaire construit en Suisse traversera l'Atlantique pour se poser sur les côtes méditerranéennes. Il bouclera son tour du monde à Abou Dhabi, d'où il est parti le 9 mars 2015.

Ce périple de 35'000 kilomètres avait subi un coup d'arrêt en juillet dernier au terme de la première étape au-dessus du Pacifique, un voyage d'une durée record de cinq jours et cinq nuits entre Nagoya au Japon et l'archipel américain d'Hawaï. Les batteries de l'avion avaient été endommagées.

L'appareil est ensuite resté immobilisé 293 jours à Hawaï, le temps de recharger et réparer ses batteries, mais aussi dans l'attente d'avoir des conditions météorologiques idéales pour repartir. Le tour du monde a repris en avril pour la fin de la traversée du Pacifique, d'Hawaï vers la Californie, puis un vol de San Francisco à Phoenix en Arizona.

Les ailes de Solar Impulse 2 sont couvertes de plus de 17'000 cellules photovoltaïques, qui chargent les batteries la journée. Surnommé le «paper plane» (avion en papier), il a une envergure de 72 mètres, plus grande que celle d'un Boeing 747, et un poids de 2,3 tonnes, soit celui d'une petite camionnette.

(ats)

Votre opinion