Football: Solide derrière, réaliste devant
Publié

FootballSolide derrière, réaliste devant

Le FC Sion n’a pas révolutionné le football en allant gagner à Saint-Gall. Mais il a montré les vertus nécessaires en début de championnat.

par
Tim Guillemin

Il y a une chose que l’on apprécie énormément chez Maurizio Jacobacci: il n’essaie pas d’inventer le football à chaque sortie. On connaît d’autres entraîneurs (beaucoup) plus imbus de leur personne, qui sont persuadés qu’ils laisseront une trace énorme dans l’histoire du jeu, alors que celle-ci risque malheureusement pour eux d’être inversement proportionnelle à la taille de leur ego. Maurizio Jacobacci n’est pas de ceux-là. Il a longtemps œuvré autour des terrains de Challenge et de Promotion League et est arrivé en Super League avec toute l’humilité et le recul nécessaire.

Ainsi, après une défaite inaugurale face à Lugano, l’entraîneur du FC Sion a été fidèle à lui-même. Son gardien n’a pas fait un bon match? Sur le banc. Son équipe doit affronter une formation en pleine forme, qui plus est dans son stade? La priorité est de «fermer la maison» et de frapper sur coup de pied arrêté et en contre. Il ne se prend pas pour Pep Guardiola, il n’est pas venu jouer ce match à Saint-Gall en 2-4-1-3 avec son latéral gauche en position de milieu offensif et son ailier droit en défense centrale. Et il en a été récompensé avec une victoire maîtrisée.

Bien sûr, Maurizio Jacobacci ne fait pas tout juste et son président a sans doute eu raison de lui reprocher son premier changement lors du match inaugural face à Lugano. Adryan s’étant blessé très tôt, «Jaco» a fait entrer Birama Ndoye, vite dépassé, alors que Baltazar, très bon lors des matches de préparation, n’attendait que de faire son apparition. Mais l’entraîneur du FC Sion n’est pas borné: dimanche à Saint-Gall, Ndoye n’a pas joué une minute, alors que Baltazar a été performant en position de numéro 10, justement celle qu’occupait Adryan face à Lugano avant de sortir. Bien vu.

Alors voilà, Sion a trois points de plus ce soir grâce à une très belle prestation défensive (gros match de la charnière André Luis Neitzke-Raphaël Rossi) et à trois buts marqués sur coup de pied arrêté. Le 1-4 mérite lui aussi une mention avec la jolie action des trois gamins, Roberts Uldrikis, Baltazar et Philippe, le dernier nommé convertissant parfaitement l’offrande en profondeur de son copain de Vila Nova.

En l’absence de Carlitos, lui aussi blessé, le FC Sion est cependant trop inexpérimenté en attaque, c’est un fait. Moussa Djitté a perdu trop de ballons seul en pointe dimanche et une arrivée d’un joueur plus mature (Giovanni Sio?) ferait du bien, aussi dans l’optique de faire progresser ces jeunes. Mais en attendant, le mélange est plutôt sympathique. Dimanche, Sion a été solide et réaliste, tout en allant vite en contre. Après deux journées de championnat, c’est déjà plutôt pas mal.

Le top: Anto Grgic Une passe décisive et un coup-franc en pleine lucarne: le milieu de terrain a été décisif et, surtout, il a été très bon dans le jeu. Cette saison pourrait bien être la sienne.

Le flop: Moussa Djitté Il a marqué, c’est vrai, mais on le trouve encore un peu tendre pour occuper seul le poste d’avant-centre. Il a perdu trop de ballons, y compris certains potentiellement très intéressants. Roberts Uldrikis a été meilleur que lui dans ce registre, en beaucoup moins de temps.

Votre opinion