12.11.2015 à 17:00

Crise migratoireSommaruga: «La volonté de coopérer est bien là»

La conseillère fédérale est revenue sur le drame des migrants, après un sommet UE-Afrique.

Simonetta Sommaruga est l'actuelle présidente de la Confédération.

Simonetta Sommaruga est l'actuelle présidente de la Confédération.

Keystone

«On ne résout pas tous les problèmes de la migration en deux jours»: malgré cette conclusion, la présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga a tiré jeudi un bilan positif à l'issue du sommet UE-Afrique sur l'île de Malte. «La volonté de coopérer est bien là.»

Le simple fait que les chefs et cheffes d'Etat européens et africains soient venus en grand nombre montre à quel point la question migratoire est importante des deux côtés de la Méditerranée, a estimé la conseillère fédérale. Et il y a une volonté de collaborer davantage, et mieux.

«C'est très important», car les problèmes communs ne peuvent avoir que des solutions d'ensemble. Concrètement, les participants au sommet ont parlé du plan d'action en cinq points visant à réduire la migration de l'Afrique vers l'Europe. La Suisse veut participer à la mise en œuvre de ce plan d'action.

Questions controversées

Les points les plus disputés concernaient la simplification de l'immigration légale et la coopération lors des renvois et des réadmissions. D'après Simonetta Sommaruga, l'Europe ne pourra pas faire l'économie du premier point.

L'UE devra offrir «davantage de possibilités de migration légale», c'est-à-dire faciliter l'accès à l'Europe par la voie légale. Les pays africains présents ont souhaité avant tout davantage de visas pour les étudiants et les commerciaux.

A propos de la délicate question des renvois de requérants d'asile déboutés, Simonetta Sommaruga a souligné que les pays africains n'avaient pas seulement des droits, mais aussi des devoirs. Comme celui d'«accepter leurs ressortissants et de les réintégrer dans leur société». Ce sujet a été abondamment discuté lors du sommet.

Causes de l'exode

Le plan d'action prévoit aussi des mesures pour diminuer les causes de l'émigration. Les conditions de vie doivent être améliorées sur place, dans les pays d'Afrique, a déclaré Simonetta Sommaruga. Si l'on veut avancer et offrir aux populations en Afrique des perspectives d'avenir, il faut aussi qu'elles puissent profiter aussi d'un développement économique.

A l'évidence, il faudra pour cela une aide financière: avec le lancement jeudi du fonds d'urgence pour l'Afrique, l'Union européenne donne un signal fort, a commenté la conseillère fédérale. Ce «fonds fiduciaire d'urgence de l'UE en faveur de la stabilité et de la lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière et les personnes déplacées en Afrique» doit être doté de 3,6 milliards d'euros et accompagner le plan d'action.

Entretiens bilatéraux

Simonetta Sommaruga a profité du déplacement à La Valette pour avoir des entretiens bilatéraux avec les représentants de «tous les pays voisins» de la Suisse. Elle a notamment parlé libre circulation des personnes avec la chancelière allemande Angela Merkel, son homologue autrichien Werner Faymann et le président français François Hollande.

«J'ai aussi revu Monsieur Juncker», avec qui elle a également eu des «discussions intensives». Elle avait déjà eu un long entretien lundi avec le président de la Commission européenne, en marge d'une réunion extraordinaire des ministres de l'intérieur de l'UE.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!