Crise migratoire: Sommaruga salue «une étape importante»
Publié

Crise migratoireSommaruga salue «une étape importante»

La présidente de la Confédération a salué mardi l'adoption par l'Union européenne d'un second programme de relocalisation de réfugiés.

1 / 126
Le camp d'Idomeni a été évacué. Plusieurs milliers de personnes ont été déplacées vers des centres d'accueils, notamment à Thessalonique. (26 mai 2016)

Le camp d'Idomeni a été évacué. Plusieurs milliers de personnes ont été déplacées vers des centres d'accueils, notamment à Thessalonique. (26 mai 2016)

Marko Djurica, Reuters
A Idomeni, des heurts ont éclaté entre migrants et policiers macédoniens. Ces derniers ont utilisé des gaz lacrymogènes. (Dimanche 10 avril)

A Idomeni, des heurts ont éclaté entre migrants et policiers macédoniens. Ces derniers ont utilisé des gaz lacrymogènes. (Dimanche 10 avril)

Stoyan Nenov, Reuters
Peu après 5 heures, un petit ferry, Lesvos, et un catamaran plus imposant, Nezli Jale, ont embarqué un total de 131 personnes (Lundi 4 avril 2016).

Peu après 5 heures, un petit ferry, Lesvos, et un catamaran plus imposant, Nezli Jale, ont embarqué un total de 131 personnes (Lundi 4 avril 2016).

Keystone

Comme c'est souvent le cas, Mme Sommaruga assistait à Bruxelles à la réunion des ministres de la Justice et des affaires intérieures de l'UE (Conseil JAI), la Suisse étant concernée par les questions migratoires en tant que membre de l'espace Schengen. La présidente de la Confédération s'est réjouie de la décision de l'UE, «qui marque une étape importante vers une politique européenne solidaire en matière de réfugiés», selon un communiqué du Département fédéral de justice et police (DFJP).

Mme Sommaruga a profité de la réunion pour informer ses homologues européens que la Suisse augmentait de 70 millions de francs sa contribution à l'aide sur place. Elle a souligné que la Confédération était disposée à participer à ce second programme à condition que l'UE le rende contraignant - une condition désormais remplie - et «que toutes les personnes soient enregistrées dans des centres prévus à cet effet».

Pour un mécanisme permanent

Quant au nombre de réfugiés que la Suisse accueillerait, il n'est pas encore déterminé. «Nous devons d'abord voir les critères et faire les calculs», a-t-elle déclaré devant les médias à l'issue de la réunion. Les modalités devront être discutées avec les cantons, précise le DFJP.

Mais «il n'est pas possible, à long terme, de courir d'une mesure d'urgence à la suivante», a plaidé Mme Sommaruga, appelant de ses voeux une politique d'asile européenne commune, avec un mécanisme de répartition permanent.

(ats)

Votre opinion