Coupe du monde: Sommer et Elvedi malades, quels changements quoi pour la Suisse?

Publié

Qatar 2022Sommer et Elvedi malades, cela change quoi pour la Suisse?

Le dernier rempart et le défenseur central seront remplacés par Kobel et sans doute Schär. À quelques heures de Serbie-Suisse (20h). Gros plan.

par
Daniel Visentini
(Doha)
La Nat va devoir vivre un match sans Yann Sommer dans son dos.

La Nat va devoir vivre un match sans Yann Sommer dans son dos.

AFP

Sommer et Elvedi malades! Ce n’est pas comme si cela tombait de nulle part. Jeudi, ni Yann Sommer ni Nico Elvedi ne se sont entraînés avec l’équipe de Suisse. Mauvaise nuit, refroidissement: Murat Yakin a déjà dû, à ce moment, prévoir un plan B. Il y est confronté aujourd’hui, depuis ce matin sans doute, à quelques heures de Serbie-Suisse, mais dans la tête du sélectionneur, la possibilité des absences existait déjà.

Il faut voir ce que cela change ou pas pour la Suisse, avant son match décisif contre la Serbie. C’est assurément une mauvaise nouvelle, relevée par Blick. Personne n’aime revoir la composition qu’il avait envisagée. Mais si les deux joueurs sont diminués, impossible d’aller contre l’avis médical. Et contre la logique: un remplaçant à 100% de ses moyens est précisément là pour tenir sa place dans ces cas.

Kobel titulaire

Yann Sommer va donc céder sa place à Gregor Kobel. Sur le papier, cela ne change rien. Kobel, brillant avec Dortmund, est un excellent gardien, sans doute le futur No 1 de la sélection.

Pas de souci sur le fond. Sur la forme, en revanche, les internationaux vont devoir composer avec la nouvelle. Sommer, c’est une présence naturelle, une assurance. Cela ne veut pas dire qu’ils n’ont pas confiance en Kobel, mais qu’il y a une nouveauté dans le groupe, derrière, sur le terrain.

Pour le reste, pas de raison a priori d’avoir des craintes. Kobel n’a pas appris qu’il devrait jouer il y a deux heures. Depuis hier déjà, le staff a bien évidemment dû le préparer à cette éventualité, eu égard au refroidissement de Sommer.

Pour Nico Elvedi, pareil que pour Sommer, donc. Malade, il doit jeter l’éponge. Là aussi, depuis jeudi, Murat Yakin doit penser à une solution de rechange. Il y a toutes les raisons de songer logiquement à Fabian Schär. Le défenseur de Newcastle est en forme, prêt à former le duo avec Manuel Akanji en défense centrale. La dernière fois que les deux hommes ont été alignés ensemble dans un match qui compte, c’était à Rome à l’automne 2021, en Ligue des nations, pour le nul 1-1.

Rocade en défense?

La logique sportive voudrait que Yakin forme à nouveau cette paire contre la Serbie, ce soir. Sinon, Yakin pourrait penser à aligner Fabian Frei. Ou Eray Cömert. On n’ose pas vraiment accorder du crédit à ces possibilités.

Si c’est Schär qui est logiquement choisi, cela impliquera peut-être une rocade en défense centrale, avec Akanji qui passerait à gauche et Schär à droite.

À noter que l’ASF n’a ni infirmé ni confirmé les deux absences. Précisant aussi qu’elle ne communiquerait rien jusqu’au dernier moment concernant Shaqiri et Okafor (tous deux souffraient d’une cuisse ces derniers jours, ils avaient manqué le match contre le Brésil). Il ne faudrait pas qu’aux deux premières absences, deux autres s’ajoutent.

Autant la Suisse peut composer sans Sommer et Elvedi avec deux joueurs en forme pour les remplacer. Autant elle n’a aucun profil correspondant à Shaqiri et Okafor à disposition.

Ton opinion