Manifestation - Sommet Biden-Poutine: cortège interdit à Genève
Publié

ManifestationSommet Biden-Poutine: cortège interdit à Genève

Les milieux de gauche et alternatif veulent défiler le 16 juin prochain en fin de journée, mais le Conseil d’État a semble-t-il déjà décidé d’interdire tout cortège ce jour-là.

par
Eric Felley
Le cortège prévu dès 17 h 30 devait se terminer à la place des Nations

Le cortège prévu dès 17 h 30 devait se terminer à la place des Nations

admin.ch

Cortège ou pas? Les milieux de gauche et alternatifs genevois sont fâchés car on leur refuse l’occasion de défiler en marge de la rencontre entre Joe Biden et Vladimir Poutine le 16 juin prochain. Selon un communiqué du Comité unitaire diffusé mardi: «Les collectifs, mouvements, ONG et partis politiques attentifs et engagés sur ces questions démocratiques, de droit des peuples et climatiques ont donc demandé aux autorités genevoises de pouvoir exprimer leurs attentes vis-à-vis de ces deux présidents, leur rappeler que la planète n’est pas à eux».

30 000 personnes en 1986

Ils ont donc déposé une autorisation de manifester auprès du service ad hoc. Le cortège prévu devrait partir de la place Neuve à 17 h 30 le mercredi 16 juin pour aboutir symboliquement à la place des Nations. «En aucun cas, il longeait ou ne se rapprochait du lieu de la rencontre présidentiel au parc La Grange», note les organisateurs. Ils rappellent qu’en 1986 une manifestation réunissant 30 000 personnes avait reçu une autorisation de défiler lors du sommet Reagan/Gorbatchev.

Mais voilà, le service ad hoc leur a répondu que le Conseil d’État avait décidé «d’interdire tout cortège sur le territoire cantonal pour la durée du sommet, d’interdire tout rassemblement sur la Rive Droite du Rhône et d’autoriser seulement un rassemblement sur la plaine de Plainpalais». Ils dénoncent ainsi «une violation grave du droit de manifester d’autant plus que le trajet proposé est éloigné du lieu de rencontre des deux présidents».

Ils ajoutent que cette décision est «d’autant plus surprenante que le Conseil d’État est aujourd’hui à majorité rose verte». Ils exigent du Conseil d’État, qui se réunit ce mercredi, qu’il revienne sur sa décision.

Votre opinion

22 commentaires