Affaire Epstein – Son chalet de Verbier pourrait sauver Andrew d’un procès
Actualisé

Affaire EpsteinSon chalet de Verbier pourrait sauver Andrew d’un procès

Ayant enfin fini de payer sa résidence secondaire en Valais à l’ancienne propriétaire, le prince pourrait la vendre et ainsi payer des millions à son accusatrice américaine.

par
Michel Pralong
Les York ont réglé les 22 millions de francs pour l’achat du chalet Helora à Verbier, le prince Andrew peut donc le vendre et utiliser une partie de l’argent pour régler ses déboires judiciaires.

Les York ont réglé les 22 millions de francs pour l’achat du chalet Helora à Verbier, le prince Andrew peut donc le vendre et utiliser une partie de l’argent pour régler ses déboires judiciaires.

AFP

À New York, la justice a rejeté le recours du prince Andrew contre la plainte civile d’une Américaine qui, dans le cadre de l’affaire Jeffrey Epstein, l’accuse d’agressions sexuelles en 2001, quand elle avait 17 ans. Le fils de la reine risque donc un procès au civil, mais il peut faire recours, même en théorie se pourvoir devant la Cour suprême des États-Unis. Mais des experts doutent que la procédure aille jusque-là. Pourrait-il même être jugé devant une Cour pénale? Pour l’ancien procureur Roger Canaff, cité par l’AFP, d’éventuelles poursuites au pénal pour «agressions sexuelles» n’auraient pas de «base juridique» pour la justice fédérale américaine et seraient prescrites à l’échelon de l’État de New York.

Reste que le prince a peut-être un autre moyen d’éviter tout cela: trouver un arrangement financier avec la plaignante, Virginia Giuffre, âgée aujourd’hui de 38 ans. Le «Daily Mail» estime qu’en lui versant au moins 10 millions de livres (12,5 millions de francs suisses), l’affaire pourrait être réglée. Où trouver une pareille somme? Andrew a une solution toute désignée: vendre son chalet de Verbier.

Poursuites jusqu’en 2021

Cette somptueuse résidence secondaire en Valais a défrayé la chronique ces dernières années. Le prince l’avait en effet achetée avec son ex-épouse Sarah Ferguson en 2014 à la Française Isabelle de Rouvre pour un montant de 22 millions de francs. Mais il n’avait pas versé la totalité de la somme et un montant de 8 millions était toujours en souffrance. L’ancienne propriétaire avait donc engagé une action auprès de l’Office des poursuites, mesures qu’elle avait abandonnées en septembre 2021 après avoir visiblement trouvé un accord avec le prince. On pensait alors que le prince avait trouvé un nouvel acheteur pour son chalet, qui lui aurait permis de rembourser ses dettes.

Mais cela n’a visiblement pas été le cas. Sarah Ferguson et sa fille la princesse Beatrice profitaient toujours du chalet cet hiver puisqu’elles y ont passé le Nouvel-An. La princesse ayant même été vue, surprise par une tempête de neige, obligée de monter dans un bus avec son mari et ses deux enfants pour regagner le chalet., comme le montrait le «Daily Mail» le 5 janvier dernier.

«La guerre est terminée»

Reste que le prince a bien réglé sa dette: «La guerre est terminée. Il a payé l’argent» a déclaré Isabelle de Rouvre, toujours selon le journal britannique. Le chalet est donc désormais entièrement la propriété des Yorks et il peut être mis sur le marché afin qu’Andrew utilise l’argent de la vente pour payer ses avocats et éventuellement trouver un arrangement avec Virginia Giuffre.

Le prince aurait en effet été invité par l’entourage royal à régler cette affaire «pour le bien de sa mère», la reine Elizabeth II fêtant son jubilé de platine (ses 70 ans de règne) cette année. «Je pense que le seul moyen de s’en sortir est que le prince Andrew paie Virginia Giuffre» a déclaré le biographe royal Phil Dampier.

Selon le «Sun», Andrew pourrait utiliser jusqu’à 10 millions de livres sterling du prix de vente final pour régler l’affaire avec la plaignante et sans avoir à admettre ses responsabilités dans les agressions sexuelles. «Il est nécessaire de limiter les dégâts, selon Mark Stephens, un expert en droit constitutionnel. Andrew, je suppose qu’il sera déchu de ses titres royaux. Un règlement de cinq ou dix millions de livres est un bon pari, mais Mme Giuffre voudra peut-être passer par le tribunal».

Votre opinion

6 commentaires