Multimed’: Sony renonce à vendre ou à louer des films sur le PlayStation Store
Publié

Multimed’Sony renonce à vendre ou à louer des films sur le PlayStation Store

La filiale jeux vidéo du géant japonais rend les armes, écrasée par le succès des plateformes de streaming telles que Netflix ou Disney+.

Les app de streaming ont gagné. Il ne sera plus possible de louer ou d’acheter des vidéos sur la PS5 (et la PS4) dans le store PlayStation dès le 31 août prochain.

Les app de streaming ont gagné. Il ne sera plus possible de louer ou d’acheter des vidéos sur la PS5 (et la PS4) dans le store PlayStation dès le 31 août prochain.

DR

Louer ou acheter des films sur le PlayStation Store et les visionner via la console de jeux, c’est fini. Ou plutôt cela va finir puisque Sony a décidé de fermer ce service maison le 31 août prochain, annonce la firme japonaise sur son PlayStation.Blog.

La raison? Le constat du succès foudroyant des applications de streaming par abonnement, telles que Netflix, Prime Vidéo ou encore Disney+ et des services proches financés par la publicité. Autant de plateformes qui ont trouvé leur place dans les écosystèmes ludiques de Sony et qui détournent en masse les «fans» de la PlayStation, ceux qui n’avaient, avant leur venue, d’autres choix que d’acheter ou louer à l’unité des contenus, films ou séries.

Applications vampires

Sony tire donc les conséquences de ce changement de paradigme en précisant que les achats de ses clients resteront disponibles même une fois le rideau de fer tiré. La firme nippone n’est pas la seule à proposer en parallèle ce type de contenus à côté des applications vampires qu’il accepte d’héberger (et qui, il faut bien dire, proposent un rapport qualité-prix bien plus attrayant). Microsoft avec la Xbox et Apple avec l’Apple TV les font cohabiter aussi.

Cette annonce paraît donc annonciatrice d’autres mouvements similaires. Il est même envisageable que les acteurs suisses qui se trouvent dans la même situation, tels Swisscom ou UPC/Sunrise, en viennent à tirer les mêmes conclusions.

(JChC)

Votre opinion