Actualisé 07.07.2020 à 15:23

Sophie Davant sur Pierre-Jean Chalençon: «Il a un peu trop parlé»

TV

L'animatrice est revenue sur l'éviction de son partenaire d'Affaire conclue, mardi au micro d'Europe 1. Elle raconte qu'elle lui a dit plusieurs fois de faire attention.

par
LeMatin.ch
«C'est quelqu'un de libre Pierre-Jean. Voilà, c'est un électron comme ça», a décrit Sophie Davant. Mardi 7 juillet au soir, c'est la dernière fois que les téléspectateurs verront l'acheteur dans «Affaire conclue».

«C'est quelqu'un de libre Pierre-Jean. Voilà, c'est un électron comme ça», a décrit Sophie Davant. Mardi 7 juillet au soir, c'est la dernière fois que les téléspectateurs verront l'acheteur dans «Affaire conclue».

Phototele

France 2 diffuse ce mardi soir un prime décliné d'«Affaire conclue»: «Le duel des brocantes sur la route». Pour les téléspectateurs, il s’agit de la dernière apparition de Pierre-Jean Chalençon dans l’émission phare présentée par Sophie Davant. L'acheteur le plus populaire de France avait annoncé le 24 juin dernier quitter le programme, affirmant vouloir protéger l'émission des controverses qui le concernent.

Mardi, sur Europe 1, Sophie Davant est revenue sur le départ de Pierre-Jean Chalençon. «Il a un peu trop parlé sur les réseaux sociaux et on lui a dit à plusieurs reprises de faire attention: on lui a dit qu'on ne pouvait pas se permettre de dire n'importe quoi quand on est regardé par des millions de téléspectateurs. Et c'est quelqu'un de libre Pierre-Jean. Voilà, c'est un électron comme ça», a expliqué l'animatrice, qui s'est dit «très triste qu'il ne soit plus là».

«Hélas, il n'écoutait pas ce qu'on lui disait»

Pour elle, le cliché de Pierre-Jean Chalençon avec Dieudonné pris à l'anniversaire de Jean-Marie Le Pen n'a pas été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. «C'est une accumulation, je crois. Les deux cumulés et rapprochés ça faisait un peu beaucoup», a-t-elle décrit en évoquant la photo polémique et les insultes proférées à l'égard de Line Renaud sur Twitter.

«Hélas, il n'écoutait pas ce qu'on lui disait. Moi ça fait trois ans que je lui parlais souvent, en lui disant: Attention, fais attention, on ne peut pas se permettre de dire n'importe quoi, on ne peut pas prendre position sur tous les sujets», a regretté Sophie Davant.

L. F.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!