Sophie Turner: «Nous sommes ravis d’agrandir la famille»
Publié

BénédictionSophie Turner: «Nous sommes ravis d’agrandir la famille»

L’actrice s’est confiée sur sa deuxième grossesse dans une interview pour «Elle». Avec Joe Jonas, elle est déjà mère d’une petite Willa.

Sophie Turner et Joe Jonas se sont mariés en 2019.

Sophie Turner et Joe Jonas se sont mariés en 2019.

IMAGO/Pacific Press Agency

Sophie Turner a parlé de sa deuxième grossesse pour la première fois dans une interview à «Elle UK».

L’actrice de «Game of Thrones» avait sensation en affichant son ventre arrondi à la soirée Vanity Fair des Oscars, en mars, et au Met Gala, la semaine dernière. Dans les pages du magazine, elle déclare: «C’est ça la vie pour moi, élever la prochaine génération. La plus grande chose dans la vie est de voir ma fille évoluer. Nous sommes ravis d’agrandir la famille. C’est la meilleure bénédiction qui soit. »

Sophie Turner et Joe Jonas, qui se sont mariés en 2019, sont déjà parents d’une fille, Willa, qui aura 2 ans en juillet. La jeune femme de 26 ans a également expliqué que Willa ne comprenait pas tout à fait qu’elle était sur le point de devenir grande sœur.

«Je montre mon ventre et lui dis: qu’est-ce qu’il y a dedans? Et elle dit: «Bébé.» Mais ensuite, elle pointe son propre ventre et dit «bébé», puis elle pointe le ventre de son père et dit «bébé». Donc, je pense qu’elle pense juste qu’un ventre est un bébé et que c’est comme ça que ça s’appelle, a-t-elle partagé. Mais elle est beaucoup plus collante que la normale, donc je pense qu’elle a une idée. Elle veut maman tout le temps, elle revendique son territoire. »

«Très protectrice»

Sophie Turner a également expliqué qu’elle est «très protectrice» envers Willa et essaie de l’exposer le moins possible au public. «Ma fille n’a jamais rien demandé de tout ça, a-t-elle expliqué. Ce n’est pas une chose à laquelle je veux qu’elle ait affaire à moins qu’elle ne dise: «C’est ce que je veux faire.» Nous sommes assez stricts à ce sujet. Nous l’encouragerons à faire ce qu’elle veut, mais je ne pense pas que nous la laisserions professionnellement faire quoi que ce soit jusqu’à ce qu’elle ait 18 ans. »

(Cover Media / Lematin.ch)

Votre opinion