Publié

FranceSortie de l'iPhone 5: appel à la grève chez Apple

Un appel à la grève a été lancé dans les magasins français d'Apple pour vendredi, jour de sortie du nouveau iPhone 5, après l'échec des négociations salariales.

Appel à la grève, le jour du lancement du nouvel iPhone, dans les Apple Stores en France.

Appel à la grève, le jour du lancement du nouvel iPhone, dans les Apple Stores en France.

AFP

«Nous lançons un appel à la grève auprès de 1500 salariés et les appelons à se rassembler devant les Apple Stores vendredi à 8h, heure du lancement du nouveau smartphone de la marque», a déclaré cette source.

«Aucun accord n'a été signé avec la direction dont les propositions sont insuffisantes», a ajouté ce responsable du syndicat SUD, qui représente 25% des salariés d'Apple France.

«La direction n'a rien proposé de plus que des tickets restaurant», a précisé ce responsable syndical, après l'échec des négociations salariales qui duraient depuis plusieurs jours entre la direction d'Apple France et les deux syndicats présents dans le groupe, SUD et la CFTC (majoritaire avec 75%).

Action symbolique

Les responsables de la CFTC, contactés par l'AFP, n'étaient pas immédiatement joignables pour faire part de leur position. «C'est un appel global à la grève qui concerne les treize Apple Stores de France, mais bien sûr l'action dans les deux magasins parisiens (Opéra et Le Louvre) sera plus symbolique», a indiqué le responsable de SUD.

Outre l'attribution de tickets restaurant, les syndicats demandaient un treizième mois de salaire ainsi qu'une revalorisation des primes.

La mise sur le marché du nouveau téléphone d'Apple suscite une énorme demande. Le groupe informatique américain a annoncé lundi des commandes record de plus de deux millions d'exemplaires en 24 heures pour son nouvel iPhone 5. D'après certains analystes, le groupe pourrait vendre jusqu'à 10 millions d'appareils le premier jour, et 50 millions d'ici à la fin de l'année.

La direction d'Apple France restait injoignable. Elle ne s'est pas exprimée ces derniers jours sur les discussions salariales, malgré plusieurs sollicitations.

(AFP)

Votre opinion