Emily Ratajkowski: «Soudain ses doigts étaient à l’intérieur de moi»

Publié

Emily Ratajkowski«Soudain ses doigts étaient à l’intérieur de moi»

Le mannequin raconte avoir été violé à l’âge de 20 ans par le photographe Jonathan Leder. Ce dernier nie les faits.

Emily Ratajkowski n’a jamais raconté cette histoire à personne jusqu’à aujourd’hui.

Emily Ratajkowski n’a jamais raconté cette histoire à personne jusqu’à aujourd’hui.

GC Images

Elle avait 20 ans au moment des faits. Dans un long texte publié mardi par «The Cut», Emily Ratajkowski, 29 ans, accuse le photographe Jonathan Leder de l’avoir agressée sexuellement.

Elle évoque des faits qui seraient survenus en 2012 à Woodstock, au domicile du quadragénaire. Lors d’une séance photo, l’homme insatisfait des clichés aurait encouragé la jeune femme à boire, avant de la photographier nue. Dans son texte, le mannequin poursuit en expliquant avoir subi un viol. «Je n’ai jamais raconté ce qui s’est passé à quiconque, et j’ai essayé de ne plus y penser», explique-t-elle.

«J’ai attrapé instinctivement son poignet et j’ai retiré sa main avec force»

Emily Ratajkowski

La peur est arrivée lorsque la maquilleuse a décidé d’aller se coucher. «J’étais en colère contre elle de m’avoir quittée mais je ne voulais pas avouer que sa présence avait fait une différence. Je peux gérer ça seule, ai-je pensé». Puis tout a basculé. «Je ne me souviens pas l’avoir embrassé mais je me souviens que soudain ses doigts étaient à l’intérieur de moi. De plus en plus fort. Ça me faisait vraiment, vraiment mal», raconte le mannequin. «J’ai attrapé instinctivement son poignet et j’ai retiré sa main avec force. Je n’ai pas dit un mot. Il s’est levé brusquement et est parti silencieusement dans l’obscurité».

Les années suivantes, Jonathan Leder a publié trois livres et organisé deux expositions avec les photos prises ce jour-là. Or la jeune femme avait donné son accord pour que celles-ci ne soient utilisées que dans les revues qui les avaient commandées. Elle a tenté de faire interdire la publication des livres, en vain.

Interrogé, Jonathan Leder nie les faits. «Vous savez de qui nous parlons, n'est-ce pas? C'est la fille (…) qui rebondissait nue dans le clip de Robin Thicke. Vous croyez vraiment que quelqu’un pense qu’elle est une victime?», a-t-il écrit.

(AFP & LeMatin.ch)

Ton opinion

42 commentaires