Publié

EmploiSouriez, vous êtes viré! La nouvelle méthode tendance des employeurs

Licencier avec «une attitude positive» permettrait, selon certains acteurs des ressources humaines, de mieux faire passer la pilule. Mais les employés y croiront-ils?

par
Lucien Christen
Annoncer son licenciement à un employé avec le sourire? Pas sûr que cette «attitude positive» amène la personne virée à «positiver face au changement».

Annoncer son licenciement à un employé avec le sourire? Pas sûr que cette «attitude positive» amène la personne virée à «positiver face au changement».

Sandra Baker/Alamy Stock Photo

«Vous devez licencier? Appliquer l’attitude positive!» Aïe. Difficile pour l’employé moyen de garder ses nerfs à la lecture de l’intitulé de cette conférence, donnée cette semaine au Salon RH (ressources humaines) de Genève. De qui se moque-t-on, franchement? L’employé devra-t-il bientôt s’accommoder – en plus de son «remerciement» – des encouragements mielleux d’un RH positif, l’invitant «à se réjouir de ce nouveau défi»? Trop, c’est trop, l’employé doit en avoir le cœur net. Il s’assied, tend l’oreille. La conférence commence.

Le coût du changement

Il faut le concéder, Laurent Cordaillat a de l’allure. Expert en «attitude positive», il est convaincu que le bien attire le mieux. «La meilleure chose à faire face à une réaction négative, c’est de transmettre l’attitude positive, tonne le conférencier. Il faut s’intéresser à l’autre, reconnaître sa souffrance. Ainsi, on décharge la négativité pour booster la positivité.»

Intention louable, évidemment. Mais, étant donné que l’on parle ici de licenciement, ce discours n’est-il pas un tantinet utopique? «Je ne suis pas un bisounours, tranche Laurent Cordaillat. Pour moi, l’attitude positive, c’est aussi un modèle économique.» Nous y voilà. Le conférencier avance ses chiffres. «Chaque année en Suisse, 10 milliards de francs sont perdus à cause des maladies liées au travail. C’est le coût de la résistance au changement. Il faut apprendre aux Suisses à positiver face au changement.»

Pour en savoir plus, consultez le site du Matin Dimanche, www.lematindimanche.ch, sur votre ordinateur personnel, votre tablette ou votre smartphone. L’application Le Matin Dimanche est toujours disponible sur iPad.

Votre opinion