Météo extrême: sous une chaleur de plomb, la Grèce combat trois vastes feux de forêts

Publié

Météo extrêmeSous une chaleur de plomb, la Grèce combat trois vastes feux de forêt

La Grèce lutte dimanche contre trois importants incendies de forêt dans le Nord, le Sud et l’Est, obligeant à évacuer touristes et habitants, et craint de nouveaux sinistres en raison de la vague de chaleur qui s’est abattue sur le pays.

1 / 7
La Grèce est la proie des flammes. Trois importants incendies se sont déclarés sur le Péloponnèse et sur l’île de Lesbos.

La Grèce est la proie des flammes. Trois importants incendies se sont déclarés sur le Péloponnèse et sur l’île de Lesbos.

AFP
Sur l’île de Lesbos, un feu s’est déclaré samedi, provoquant l’évacuation de centaines de touristes et d’habitants de la station balnéaire de Vatera.

Sur l’île de Lesbos, un feu s’est déclaré samedi, provoquant l’évacuation de centaines de touristes et d’habitants de la station balnéaire de Vatera.

AFP
L’incendie près de Vatera s’est propagé jusque sur la plage, réduisant en cendres les installations en bois et les parasols en paille.

L’incendie près de Vatera s’est propagé jusque sur la plage, réduisant en cendres les installations en bois et les parasols en paille.

REUTERS

Sur l’île de Lesbos, quelque 200 personnes ont été évacuées dimanche midi dans le village de Vryssa, où le feu se trouve à environ 500 mètres des habitations, a déclaré le maire adjoint de l’ouest de Lesbos, Andreas Aksis à la radio Skai.

Des femmes âgées ont emporté des sacs en plastique contenant quelques effets personnels en montant dans les premiers bus pour quitter Vryssa, tandis que d’épais nuages de fumée recouvraient les premières maisons du village. En début d’après-midi, le village de Stavros a également été évacué.

L’incendie, qui s’est déclaré samedi, a déjà provoqué l’évacuation de centaines de touristes et d’habitants de la station balnéaire de Vatera, et continue de faire rage selon les pompiers. Dimanche matin, des dizaines de pompiers étaient à pied d’œuvre pour contrer les flammes, équipés de quatre avions bombardiers d’eau et de deux hélicoptères. Au moins quatre habitations ont été détruites, selon la chaîne publique ERT, tandis que plusieurs magasins, hôtels et bars de plage du village ont été endommagés.

Depuis samedi, la Grèce est touchée par une vague de chaleur prévue pour durer dix jours et des températures de 42 °C sont attendues dans certaines régions, faisant craindre d’autres incendies.

Feu exceptionnellement difficile

Dans le nord du pays, les pompiers, assistés par des volontaires, continuent de lutter pour le quatrième jour consécutif contre un violent incendie dans le Parc national Dadia, le plus grand site Natura 2000 de Grèce, connu pour sa colonie de vautours. Le feu, exceptionnellement difficile, selon le porte-parole des pompiers Yiannis Artopoios, a forcé les autorités à évacuer le village de Dadia samedi soir. Il a déjà détruit près de 500 hectares de forêt.

Le feu a atteint l’observatoire des oiseaux rapaces et se rapprochait des bâtiments d’une unité de gestion de la zone protégée. «La chose la plus importante pour nous est la sécurité des villageois et toutes les forces seront déployées sur place», a assuré le gouverneur d’Evros, Dimitris Petrovits, à l’agence de presse Athens News Agency. Le soin apporté aux animaux blessés est une priorité absolue pour les autorités, a-t-il ajouté.

Dans le Péloponnèse, le village de Chrysokelaria a dû être évacué samedi soir en raison d’un incendie près de Koroni. Dimanche vers midi, le feu a été circonscrit par les pompiers.

La pire catastrophe en 2018

Mercredi, un feu de forêt dans des montagnes près d’Athènes avait endommagé des habitations et forcé plusieurs centaines de personnes à partir, à quelques kilomètres du village côtier de Mati, théâtre en 2018 de la pire catastrophe provoquée par un feu de forêt en Grèce, qui avait fait 102 morts.

La multiplication des phénomènes météorologiques extrêmes est une conséquence directe du réchauffement climatique selon les scientifiques, les émissions de gaz à effet de serre augmentant à la fois leur intensité, leur durée et leur fréquence.

L’année dernière, une vague de chaleur et des feux de forêt avaient détruit 103’000 hectares et causé la mort de trois personnes en Grèce.

(AFP)

Ton opinion

4 commentaires