Football - Southgate: «L’Italie, c’est le plus gros test qu’on puisse imaginer»
Publié

FootballSouthgate: «L’Italie, c’est le plus gros test qu’on puisse imaginer»

Le sélectionneur anglais a évoqué la qualification de son équipe pour la finale de l’Euro après la victoire face au Danemark (2-1 ap).

Gareth Southgate: «Yes»!

Gareth Southgate: «Yes»!

AFP

Qualifié pour la finale de l’Euro, dimanche, après avoir battu le Danemark (2-1 ap), le sélectionneur anglais Gareth Southgate estime que la finale sera «le plus gros test que l’Angleterre puisse imaginer».

On se demandait comment vos joueurs réagiraient s’ils étaient menés, vous avez eu votre réponse?

Je pense qu’ils ont su répondre à ce qu’on savait être une nuit tellement compliquée. Jusqu’aux demi-finales, on avait eu un parcours sans accrocs, mais on savait qu’à un moment on encaisserait un but et qu’on devrait répondre. Le Danemark nous a tellement bien pressés, ils ont marqué un super but, mais sur le rapport de force, le nombre d’arrêts que les gardiens ont dû faire et les longues périodes, surtout en seconde période, où on a été plus dangereux, je pense qu’on mérite cette qualification.

Qu’est-ce qui a fait la différence selon vous?

On avait dit aux joueurs avant le match qu’ils ont toujours trouvé une façon de gagner ces dernières années, quel que soit le scénario, qu’on ait mené, été menés, en prolongation ou aux tirs au but. On voulait qu’ils aient confiance. On a été très dominateurs dans la dernière demi-heure et on avait plus de jambes et d’énergie qu’eux. Le Danemark avait fait ses cinq changements rapidement, et il ne pouvait plus en faire pendant la prolongation, alors que nous, on a un banc qui nous permet d’être dans la position où on est.

En Angleterre, la nuit a été longue…

En Angleterre, la nuit a été longue…

AFP

Avec l’Italie, la difficulté monte encore de quelques crans?

Face au Danemark, on a assez bien gardé le ballon, malgré la pression, mais nous devrons le faire encore mieux contre l’Italie qui est encore plus forte. On va devoir trouver des solutions. Le Danemark n’avait perdu que quatre matches sur une trentaine qu’ils avaient disputés avant de nous rencontrer et l’Italie a fait encore mieux. C’est vraiment une équipe de très haut niveau depuis deux ans maintenant. On les a suivis et on les a bien observés. C’est une équipe qui joue avec beaucoup d’énergie et de style, c’est difficile de marquer contre eux. Ils méritent d’être en finale après avoir battu deux grosses équipes que sont la Belgique et l’Espagne. Pour nous, c’est le plus gros test qu’on puisse imaginer, mais on doit bien se préparer et ce sera une opportunité formidable pour nous de les affronter.

Les Danois s’estiment lésés après ce match parce qu’ils estiment que le penalty n’y était pas et qu’un deuxième ballon était sur le terrain.

J’ai vu le ballon sur le terrain et je ne savais pas comment ce serait géré, mais j’avais déjà vu ça en Angleterre et le but n’avait pas été refusé. Pour ce qui est du penalty, je n’ai pas vu de ralenti mais on m’a beaucoup posé la question. Cependant, sur les statistiques du match, Kasper (Schmeichel) a fait un match incroyable, mais on a eu les meilleures occasions et on en eu beaucoup plus qu’eux, donc je pense que la qualification est méritée. Mais si le penalty était limite je comprends qu’ils soient déçus.

Harry Kane, héros de tout un peuple après avoir transformé son penalty en deux temps en prolongation.

Harry Kane, héros de tout un peuple après avoir transformé son penalty en deux temps en prolongation.

AFP
(AFP)

Votre opinion