#MeToo: «Space Jam 2»: Pépé le putois castré, Lola Bunny désexualisée
Publié

#MeToo«Space Jam 2»: Pépé le putois castré, Lola Bunny désexualisée

Les Looney Tunes sont en crise. Le sconse, qui dans une scène harcelait une femme avant de se faire gifler, a été coupé au montage, alors que la lapine adopte à présent un look plus adapté «pour les enfants» que dans le film de 1996.

À gauche: Pépé le putois dans «Space Jam» avec Michael Jordan. À droite: Lola Bunny et son nouveau look dans «Space Jam: Nouvelle Ère» avec LeBron James qui doit sortir cet été.

À gauche: Pépé le putois dans «Space Jam» avec Michael Jordan. À droite: Lola Bunny et son nouveau look dans «Space Jam: Nouvelle Ère» avec LeBron James qui doit sortir cet été.

DR

Vingt-cinq ans après «Space Jam», qui mettait en scène les Looney Tunes avec Michael Jordan, sa suite, «Space Jam: Nouvelle Ère», doit sortir cet été. Avec cette fois LeBron James en vedette du basket-ball. Depuis quelques jours, ce n’est pas la superstar de la NBA qui fait parler d’elle mais deux personnages.

Pépé le putois, d’abord. Héros de Warner Bros, dont la première apparition remonte à 1945, le sconse a été pensé à l’origine comme une caricature de lhomme français: Pépé est un dragueur très lourd. Dans certaines scènes on peut même y voir du harcèlement. Si bien que Pépé a toujours été un personnage problématique, et c’est encore plus vrai à l’heure de #MeToo. Une tribune publiée le 3 mars dernier dans le «New York Times» expliquait que le personnage participait à la culture du viol.

La comédienne Greice Santo déçue

Dans la foulée, «Deadline» a révélé ce week-end que Pépé a été coupé au montage de «Space Jam 2». La décision ne serait pas liée à l’article en question, mais prise à l’initiative du réalisateur Malcolm D. Lee, qui a remplacé Terence Nance (le metteur en scène du «Space Jam» original). Dans sa scène pourtant, le putois harcelait l’actrice Greice Santo et celle-ci le remettait à sa place. Une bonne leçon.

D’ailleurs, la comédienne a fait savoir par un de ses représentants qu’elle n’avait pas apprécié que cette scène soit supprimée: «Greice tenait beaucoup à apparaître dans le film. Même si Pepe est un personnage de cartoon, si quelqu’un devait gifler un harceleur comme lui, Greice aurait voulu que ce soit elle. Maintenant la scène est coupée, et elle n’a pas le pouvoir d’influencer le monde à travers les nouvelles générations qui vont regarder «Space Jam 2», afin de montrer aux jeunes filles et jeunes garçons que le comportement de Pépé est inacceptable.»

Lola Bunny «désexualisée»

Un autre personnage de cartoon pose aussi problème: Lola Bunny. Dans le film de 1996, elle était une joueuse de basket hors pair, qui jouait de son sex-appeal avec sa tenue sexy et faisait saliver Bugs Bunny. Dans «Space Jam: Nouvelle Ère», le «crop top» de la lapine a été troqué pour une tenue de sportive «plus appropriée».

Comme le confesse le réalisateur Malcolm D. Lee. dans une interview avec Entertainment Weekly, il a voulu réajuster l’image «très sexualisée» de Lola, en quelque chose de plus adapté «pour les enfants». «Nous sommes en 2021. Il est important de refléter l’authenticité de personnages féminins forts et capables… explique-t-il. Nous avons donc retravaillé beaucoup de choses. D’abord son look, pour nous assurer qu’elle avait une longueur de short appropriée et qu’elle soit féminine sans être objectivée. Et puis on a voulu lui donné une vraie voix. Pour nous, l’idée était d’ancrer le personnage dans ses prouesses athlétiques, ses qualités de leader. Faire d’elle un personnage aussi entier que les autres.»

Les fans de Jessica Rabbit doivent prier pour qu’une suite de «Qui veut la peau de Roger Rabbit?» n’ait jamais lieu.

(Lematin.ch)

Votre opinion