Publié

Viande de chevalSpanghero reste interdit de négoce

L'entreprise française Spanghero, mise en cause dans l'enquête sur le scandale de la viande de cheval, reste interdite de négoce, a annoncé vendredi le gouvernement français. L'enquête se poursuit.

Le groupe de produits surgelés Iglo a annoncé vendredi le retrait «à titre de précaution» de plusieurs produits en Belgique, Irlande, Grande-Bretagne et Pays-Bas.

Le groupe de produits surgelés Iglo a annoncé vendredi le retrait «à titre de précaution» de plusieurs produits en Belgique, Irlande, Grande-Bretagne et Pays-Bas.

AFP

Le ministère français de l'Agriculture a rendu compte vendredi d'un nouveau rapport de la Brigade d'enquête vétérinaire et phytosanitaire. «Les conclusions de cette enquête conduisent à maintenir la suspension de l'agrément sanitaire» de l'entrepôt concerné et «à maintenir les produits stockés ou y entrant sous contrôle officiel», a-t-il indiqué.

«A ce stade, deux lots ont été consignés et nécessitent des investigations complémentaires», précise le ministère dans un communiqué.

Trader néerlandais mis en cause

L'agrément sanitaire de Spanghero, suspendu suite à la découverte de viande de cheval dans des plats préparés, avait été partiellement rétabli lundi, pour les activités de production de viande hachée, de saucisserie, d'élaboration de plats cuisinés et de découpe de viande.

Paris a demandé par ailleurs aux autorités néerlandaises «de communiquer les informations sur l'enquête conduite dans les entrepôts par lesquels ces produits ont transité», «compte tenu du rôle central que semble tenir un trader localisé aux Pays-Bas», précise le ministère.

Iglo retire des produits

De son côté, le groupe de produits surgelés Iglo a annoncé vendredi le retrait «à titre de précaution» de plusieurs produits en Belgique, Irlande, Grande-Bretagne et Pays-Bas après la découverte de viande de cheval dans du chili con carne produit par le fournisseur belge Frigilunch N.V.

«Bien que cela ne pose pas de problème de sécurité alimentaire, cela est clairement inacceptable. En conformité avec nos standards élevés, nous retirons immédiatement ce produit de la vente», a poursuivi le groupe, qui détient les marques Iglo, Birds Eye et Findus (seulement en Italie).

Après cette découverte, le groupe a en outre décidé de retirer «à titre de précaution (...) tous les autres produits au boeuf produits pour nous par Frigilunch N. V.». Ces produits «ne seront pas remplacés dans les rayons des supermarchés avant que nous n'ayons fini nos investigations et que nous ayons une totale confiance en ce fournisseur», a ajouté Iglo.

Don aux pauvres

Une société agroalimentaire finlandaise a indiqué vendredi avoir demandé aux autorités sanitaires l'autorisation de donner à des associations caritatives des plats retirés des rayons parce qu'ils contenaient de la viande de cheval.

Pouttu a décidé jeudi de retirer de la vente plus de cinq tonnes de plats de kebab, après que les contrôles internes eurent révélé des traces de viande de cheval dans ces produits censés contenir d'autres viandes.

«Nous sommes prêts à donner ces plats aux associations», a commenté Petta Kosonen, le PDG de la société.

Selon le PDG, plusieurs associations ont déjà contacté l'entreprise, qui assure qu'il n'y aurait aucun doutes sur l'origine de la viande de cheval et que seulement l'étiquetage aurait été erroné.

«Nous produisons plusieurs plats à partir de la viande de cheval dont l'origine est le Brésil et le Canada, et nous avons des certificats d'origine de nos fournisseurs», dit Pekka Kosonen.

(ats/afp/rtf)

Votre opinion