Spécialités boulangères de carnaval
Publié

PartenariatSpécialités boulangères de carnaval

La période de carnaval nous apporte des spécialités suisses inédites. Souvent revigorantes, elles nous permettent d’affronter les frimas ou de prendre du plaisir par la diversité des goûts et l’inventivité des régions. Bref aperçu de celles que nous aimons ou qui nous ont étonnés. Mais peut-être en avez-vous d’autres à partager dans les commentaires de l’article?

Découvrez toute la richesse de notre patrimoine alimentaire et culturel à l’occasion de Carnaval dans l’inventaire du Patrimoine Culinaire Suisse.

Découvrez toute la richesse de notre patrimoine alimentaire et culturel à l’occasion de Carnaval dans l’inventaire du Patrimoine Culinaire Suisse.

Olivier Boillat/Valentin Dubach/Terroir Fribourg

Boules de Berlin aux Damassons (Jura)

Les boules de Berlin, d’origine austro-allemande, demeurent une des friandises de carnaval les plus connues au monde. En Suisse, ces boules de pâte levées, fourrées de confiture, de chocolat ou de crème pâtissière, sont également devenues une friandise irrésistible, non seulement pendant la saison de carnaval, mais tout au long de l’année.

La boulangerie Fabien Jobé à Courfaivre récolte les fruits du damassinier jurassien pour en fourrer ses boules de Berlin. Véritable innovation dans les traditions, cette boule de Berlin a été révélée comme médaille d’or au Concours Suisse des produits du terroir 2021.

Boules de Berlin aux damassons

Boules de Berlin aux damassons

Olivier Boillat

Il faut savoir qu’un bon nombre des spécialités et coutumes qui riment avec la période de carnaval sont inscrites dans l’inventaire du Patrimoine Culinaire Suisse. Parmi celles-ci:

Merveilles / Fasnachküchli / Chiacchiere (Suisse entière)

Ces beignets ronds, de pâte fine et croquante, sont un vrai délice pour les gourmands. Ils sont incontournables à Carnaval, mais aussi à l’occasion d’autres fêtes.

En référence à leur technique de fabrication, ces beignets sont aussi connus sous les noms de Chnü-Blätze ou beignets au genou: la pâte est étirée et aplatie sur les genoux jusqu’à ce qu’elle soit très, très fine, de façon qu’on puisse «lire un journal à travers». Ensuite, les beignets sont frits sur une grille qui leur confère des vagues croquantes.

Les grandes chaînes comme Migros et Coop les produisent industriellement et avec un goût certain, mais on vous invite à les découvrir chez vos artisans boulangers.

Bricelets (Suisse entière)

Les bricelets se préparent au moyen d’un fer spécial, appelé «fer à bricelet». La plus ancienne mention écrite de leur existence en Suisse romande est reportée par le Glossaire des Patois de la Suisse romande. Elle est attestée en 1552, dans le canton de Fribourg: «Ung fer pour fere le bresie».

À l’origine, les fers étaient munis d’un long manche qui servait à cuire les bricelets directement sur le feu ou sur la braise sans se brûler. Avec l’introduction des fourneaux potagers à bois, à la charnière du XVIIIe siècle, on a commencé à fabriquer des fers à mâchoire en fonte, qui s’ouvrent comme un livre et non plus à la tenaille. Les premiers fers étaient forgés ou incisés.

Bricelets

Bricelets

Terroir Fribourg

Beignets des Brandons de Moudon (Vaud) 

Ces beignets sont reconnaissables entre mille à leur forme en chapeau melon.

Pour la fête des Brandons, dans plusieurs villages de Suisse romande, les jeunes étaient les protagonistes principaux. À cette occasion, les jeunes filles offraient à leurs cavaliers du vin et des beignets. Aujourd’hui, les beignets des Brandons de Moudon se consomment pendant l’hiver, de préférence pendant la période des Brandons où la coutume de brûler le Bonhomme Hiver persiste afin d’ouvrir le cortège.

Beignets de Moudon

Beignets de Moudon

Valentin Dubach

Découvrez toute la richesse de notre patrimoine alimentaire et culturel à l’occasion de Carnaval dans l’inventaire du Patrimoine Culinaire Suisse.

En partenariat avec «La semaine du goût»

(Olivier Boillat et Olivier Girardin, Patrimoine Culinaire Suisse)

Votre opinion

0 commentaires