Jeu vidéo: Spider-Man lustre sa toile sur PC

Publié

Jeu vidéoSpider-Man lustre sa toile sur PC

Déjà optimisé pour la PS5, le blockbuster de Sony tente une incursion dans l’univers des ordinateurs de gaming. Test.

par
Jean-Charles Canet
1 / 5
«Spider-Man» dans une des variantes du multivers Marvel.

«Spider-Man» dans une des variantes du multivers Marvel.

SIE
Au programme, une navigation à grands jets de toile et une cargaison de malfrats à neutraliser.

Au programme, une navigation à grands jets de toile et une cargaison de malfrats à neutraliser.

SIE
Sans oublier des boss un peu plus coriaces que le tout-venant.

Sans oublier des boss un peu plus coriaces que le tout-venant.

SIE

Quatre ans ont passé depuis la sortie de «Marvel’s Spider-Man» sur PlayStation 4. Et deux ans après une refonte conçue pour profiter des avancées de la PlayStation 5, la superproduction d’Insomniac Games – un des studios phares de Sony Interactive Entertainment (SIE) – débarque désormais, ce vendredi 12 août, dans le monde beaucoup plus hétérogène des PC armés pour le jeu vidéo. Cette nouvelle version reprend ainsi les avancées de la version PS5 tout en proposant diverses options permettant d’optimiser le jeu en fonction du matériel possédé. Et compte tenu de la variété des configurations, ce n’est pas une mince affaire.

Sur la base d’un code fourni par SIE, nous avons testé «Spider-Man» sur un PC Windows 11 doté d’un microprocesseur Intel i9, de 64 Go de mémoire vive et soutenu par une carte graphique NVIDIA GeForce RTX 3090; une configuration qui reste très confortable pour faire tourner les jeux vidéo exigeants. Le PC était branché sur un écran 4K HDR limité à 60 Hz (et donc à 60 images par seconde). Inutile de chercher à aller plus haut dans ce cas.

Plusieurs mises à jour déjà

Le jeu a bénéficié de plusieurs mises à jour avant sa sortie. Sur notre matériel, «Spider-Man» est ainsi passé d’un jeu qui tournait très correctement mais avec parfois quelques irrégularités (et quelques plantages) à un jeu parfaitement huilé et d’une irréprochable stabilité pour autant que l’on renonce à mettre tous les potards au maximum. Et de remarquer une fois de plus que, sur PC, bidouiller les réglages est une sorte de jeu dans le jeu. Si vous n’aimez pas ça, c’est que vous n’êtes pas un gamer PC’s boy. Ou girl, évidemment.

Notre sentiment? Que cette version est sans conteste la plus belle et satisfaisante de toutes les versions sorties jusqu’ici. Non pas que les graphismes millésimes 2018 soient transformés de pied en cap, mais la combinaison d’une fréquence d’animation potentiellement élevée aux derniers effets de textures et de lumière à la mode c’est un peu comme bénéficier d’un menu «fromage ET dessert» dans un restaurant gastronomique. Pratiquer le même jeu sur PS5 c’est plutôt «fromage OU dessert»…  et plat unique imposé sur PS4.

Ray tracing à géométrie variable

La frustration viendrait plutôt du fait d’avoir un PC un peu trop vieux qui imposerait le choix douloureux de sacrifier le visuel, voire la fluidité pour se retrouver ave une expérience inférieure à celle que procure la PS5. Sony promet cependant que le jeu à la souplesse suffisante pour s’adapter à une large palette de machines. Une dernière (jusqu’à la prochaine) mise à jour, proposée encore mercredi matin, particulièrement axée sur la microgestion des effets de ray tracing (technologie actuellement la plus avancée des éclairages et des reflets pour qui possède une carte graphique compatible) va dans ce sens.

En termes de gameplay, «Spider-Man» version PC est strictement identique à celui proposé sur PS5. S’il est praticable au clavier et à la souris, l’usage d’un gamepad nous paraît préférable. Nous avons lessivé une manette Xbox et également une DualSense, toutes deux parfaitement reconnues. L’avantage d’utiliser cette dernière est que le jeu sait lui envoyer des retours haptiques exclusifs, les mêmes que sur PS5. Avec un petit détail louche cependant, le gamepad doit être relié au PC en filaire. En mode sans fil (par Bluetooth), seules les vibrations sont gérées. Cela dit «Spider-Man» n’étant pas le jeu le plus poussé en la matière, avoir ou pas des gâchettes à sensibilité variable selon les actions n’est pas franchement un game changer.

Pour qui, alors?

Voilà pourquoi, bien que cette variante à incontestablement le potentiel d’être fromage ET dessert, on ne le conseillera pas forcément à celui et à celle qui a déjà essoré le jeu sur console. Il n’en reste pas moins une excellente entrée pour un joueur PC qui souhaite découvrir l’expertise des studios Sony en matière de jeu solo narratif grand public.

Dans le cadre de sa stratégie de portage de ses grosses exclusivités PlayStation sur PC, Sony prévoit également d’offrir prochainement un nouveau débouché au dérivé «Spider-Man: Miles Morales» qui eut l’honneur d’être un des titres de lancement de la PlayStation 5. Le constructeur a également révélé dernièrement l’existence d’un «Spider-Man 2», en cours de production.

«Marvel’s Spider-Man» sort officiellement sur PC (via la plateforme Steam) le vendredi 12 août 2022.

Ton opinion

0 commentaires