Actualisé

CinémaSpielberg ne veut plus de films Netflix aux Oscars

Steven Spielberg compte défendre son projet au prochain conseil d'administration de l'Académie. Mais, à Hollywood, certains s'y opposent.

par
Le Matin / Cover Media
«Steven pense vraiment qu'il y a des différences entre les films qui sortent en streaming et les films qui sortent au cinéma», indique un porte-parole de sa société de production Amblin.

«Steven pense vraiment qu'il y a des différences entre les films qui sortent en streaming et les films qui sortent au cinéma», indique un porte-parole de sa société de production Amblin.

AFP

Steven Spielberg est vivement critiqué depuis qu'il a annoncé vouloir faire en sorte que les films produits par Netflix ne puissent pas être en compétition aux Oscars. Le réalisateur n'a jamais caché qu'il préférait voir en compétition des films qui sortent de la manière traditionnelle, c'est-à-dire au cinéma, au lieu de projets qui sont diffusés sur des services de streaming le même jour qu'une sortie réduite dans certaines salles (ce qui leur permet d'être éligible aux yeux de l'Académie).

Cette année, le film «Roma» d'Alfonso Cuaron, produit par Netflix, a relancé le débat, et s'il a perdu face à «Green Book», ça n'a manifestement pas empêché Steven Spielberg d'avancer sur son projet de faire bannir les films de Netflix des prochaines éditions des Oscars, d'après «Indiewire». «Steven pense vraiment qu'il y a des différences entre les films qui sortent en streaming et les films qui sortent au cinéma. Il serait heureux si d'autres personnes le rejoignaient dans son combat lors de la prochaine réunion (des responsables des Oscars). Il verra ce qu'il se passe à ce moment-là», a indiqué un porte-parole de sa société de production Amblin.

«Roma» n'est pas un téléfilm»

Cette annonce a fait réagir à Hollywood. « Chère Académie, c'est une réunion du conseil d'administration et les membres de l'Académie ne peuvent pas y participer, mais j'espère que vous aurez des réalisateurs dans la pièce ou que vous lirez des messages de réalisateurs comme moi qui pensent différemment», a indiqué sur Twitter Ava DuVernay («Selma»), qui a récemment signé un contrat de 100 millions de dollars avec Netflix.

«Désolé M. Spielberg, mais «Roma» n'est pas un téléfilm, c'est un film aussi impressionnant que n'importe quel autre film. Les plate-formes ne sont pas importantes. Faites un film pour Netflix», a déclaré de son côté l'acteur Bruce Campbell.

La réponse de Netflix

Dans un communiqué, les représentants de Netflix ont tenu à assurer qu'ils n'œuvraient que par amour du cinéma. «Nous aimons le cinéma. Et voici d'autres choses que nous aimons, peut-on lire. Un accès pour les gens qui ne peuvent pas toujours se l'offrir, ou qui vivent dans des villes sans salle de cinéma. Laisser chacun, n'importe où, profiter d'une sortie au même moment. Donner aux créateurs de films de nouvelles possibilités de partager leur art. Ces choses ne sont pas mutuellement exclusives.»

Ton opinion