Football: Stade Lausanne à Samaranch, un retour plus que temporaire

Publié

FootballStade Lausanne à Samaranch, un retour plus que temporaire

Les Stadistes vont retrouver leur charmante antre du bord du lac pour les deux premiers matches à domicile de la saison de Challenge League. Sans que des étoiles de nostalgie naissent dans leurs yeux.

par
Florian Vaney
Wil et Schaffhouse découvriront les beautés de Samaranch en début de saison.

Wil et Schaffhouse découvriront les beautés de Samaranch en début de saison.

VQH

L’exil avait d’abord été vécu comme un déchirement. Stade Lausanne Ouchy à Nyon, c’était un déménagement contre-nature, l’abandon d’une terre d’histoires et de souvenirs, celle de Samaranch, pour correspondre aux exigences de la Challenge League. Le SLO, tout jeune promu en deuxième division à l’issue de la saison 2018/2019, n’avait eu d’autre choix que de se résoudre à quitter sa maison pas assez bien éclairée, pas suffisamment sécurisable.

Sur la Côte, les Stadistes ne se sont jamais sentis chez eux. La Pontaise, qu’ils ont rejointe l’année suivante, ne ressemblait pas davantage à leur charmant stade du bord du lac. Pourtant, malgré tous les défauts apparents du lieu, l’affection a pris. Par intérêt autant que par émotions.

Il y a quelques semaines, un joueur de l’effectif actuel grinçait des dents lorsqu’on lui a soumis l’idée d’un retour complètement théorique à Samaranch. Avant d’expliquer qu’on se sent joueur professionnel lorsqu’on pénètre à l’intérieur de la vénérable Pontaise. Tandis que l’enceinte du bord du lac, où le SLO a gravi tous les échelons, rappelle davantage un football amateur.

Une époque révolue

Ça, c’est pour les sensations. En coulisses, on a arrêté depuis longtemps de s’attacher au rêve démodé que des travaux soient entrepris à Vidy pour que le stade du bas de la ville soit homologué pour la Challenge League. Parce que le SLO s’est installé pour de bon aux Plaines-du-Loup. Il y a posé sa patte artistique sur les murs, ses employés y disposent de leur bureau, son club de soutien et ses VIP peuvent y être reçus dans le confort. Dans la tête des dirigeants, un avenir se dessine et des ponts peuvent se construire à la Pontaise, là où leurs rêves de grandeur se sentaient à l’étroit à Samaranch.

Alors, la nouvelle tombée avec l’apparition des calendriers pour la saison à venir n’a pas particulièrement ému Stade Lausanne. Avec la rénovation de la pelouse promise à la Pontaise en début de championnat, les Stadistes vont retrouver le terrain de toutes leurs promotions.

Dans un retour vers le passé qui saura réjouir certains, Samaranch s’apprête à accueillir Wil (le 23 juillet) et Schaffhouse (le 13 août) grâce à une dérogation. Deux matches pas spécialement à haut risque, donc. Ce qui n’a rien d’un hasard. Deux matches qui profiteront de la lumière du jour pour compenser les lux manquant à l’éclairage du coin, puisqu’ils se joueront à 18h. Et deux matches agrémentés de la douce nostalgie d’une époque révolue.

Ton opinion