Publié

TENNISStan à l'heure équatorienne

Stanislas Wawrinka ouvrira les feux dans le barrage de Coupe Davis, demain dès 13 h aux patinoires du Littoral de Neuchâtel. Il avait reçu un chapeau typique de l'Equateur la veille au soir!

par
R.Ty
1 / 6
Le Vaudois à son arrivée à l'entraînement, aux patinoires du Littoral à Neuchâtel.

Le Vaudois à son arrivée à l'entraînement, aux patinoires du Littoral à Neuchâtel.

Keystone
Le demi-finaliste de l'US Open à son arrivée à l'entraînement, aux patinoires du Littoral à Neuchâtel.

Le demi-finaliste de l'US Open à son arrivée à l'entraînement, aux patinoires du Littoral à Neuchâtel.

Keystone
Le numéro 10 mondial à son arrivée à l'entraînement, aux patinoires du Littoral à Neuchâtel.

Le numéro 10 mondial à son arrivée à l'entraînement, aux patinoires du Littoral à Neuchâtel.

Keystone

Stanislas Wawrinka ouvrira les feux vendredi à Neuchâtel lors du barrage de Coupe Davis contre l'Equateur. Dès 13h, le no 10 mondial affrontera Emilio Gomez (ATP 340).

Pour le deuxième simple, Marco Chiudinelli a finalement été préféré à Henri Laaksonen. Le Bâlois (ATP 164) en découdra ainsi avec le no 1 équatorien, Julio Cesar Campozano (ATP 295). Quant au double du samedi, il mettra aux prises la paire Wawrinka/Chiudinelli au duo Roberto Quiroz/Gonzalo Escobar.

Wawrinka «cassé mais motivé»

La Suisse part largement favorite pour ce barrage du Groupe mondial. Reste toutefois à savoir si Wawrinka aura suffisamment récupéré, une semaine après la fin de son formidable parcours à l'US Open, où il a atteint les demi-finales.

«Je me sens encore cassé physiquement et mentalement. Du coup, je pense que cela sera l'une de mes rencontres de Coupe Davis les plus difficiles à négocier, a reconnu Wawrinka. On ne pourra toutefois jamais m'enlever ma motivation pour la Coupe Davis. De plus, le fait d'évoluer à domicile constitue un avantage. Nous sommes également conscients que nous aurions pu affronter des adversaires plus redoutables.»

Désigné no 2 suisse, Marco Chiudinelli devrait aussi logiquement contribuer à la victoire des Suisses. «Son expérience nous sera précieuse», a commenté le capitaine Severin Lüthi, donnant l'une des raisons qui l'ont poussé à préférer le Bâlois au jeune Henri Laaksonen.

Le tirage au sort

(SI)

Votre opinion