Interview: Steevy Boulay: «J'ai rencontré mon homme sur Facebook»

Publié

InterviewSteevy Boulay: «J'ai rencontré mon homme sur Facebook»

L'ex-Lofteur nous surprend avec son premier roman et file le parfait amour depuis un an.

par
Fabio Dell'Anna
«J'avais écrit ce bouquin pour moi au départ. Je ne pensais pas qu'il intéresserait les libraires»

«J'avais écrit ce bouquin pour moi au départ. Je ne pensais pas qu'il intéresserait les libraires»

Visual Press Agency

Quinze ans déjà que l'on a découvert Steevy Boulay, sa coupe piquante peroxydée et son ami peluche Bourriquet dans «Loft Story». Depuis, le Français de 36 ans a su se créer une place dans les médias. Animateur de radio, gérant de discothèque, comédien et maintenant romancier, rien ne l'arrête. «Je vais extrêmement bien», nous dit-il au bout du fil entre deux éclats de rire. Il faut dire que son livre sorti le 1er septembre, «Le devoir avant tout», a été bien accueilli par le public et la critique. «Je suis le premier surpris. J'avais écrit ce bouquin pour moi au départ. Je ne pensais pas qu'il intéresserait les libraires», nous a-t-il lâché au volant de sa voiture. Une réussite, tout comme son parcours qu'il nous explique avec émotion et bonne humeur.

Steevy Boulay, qui êtes-vous?

Je me considère comme un jardinier, un cueilleur. J'adore passer du temps dans mon jardin, je suis un passionné des plantes. Sinon, je suis aussi quelqu'un de très à l'écoute mais parfois caractériel.

Votre tout premier souvenir?

A 3 ans, je m'amusais à escalader mon lit à barreaux et un jour, je suis tombé. Je me suis caché sous le lit pour pleurer et plus je criais, plus je voyais et entendais des voitures de formule 1 passer dans ma tête. (Rires.) C'est bizarre, je sais.

Etiez-vous un enfant sage?

Oui. Je n'étais pas un enfant turbulent. Au contraire, j'étais très introverti, renfermé et solitaire, mais à l'adolescence, je suis sorti de mon cocon.

Enfant, de quoi aviez-vous peur?

De ne pas réussir ma vie. Je voyais des clochards dans les rues et j'espérais ne pas finir comme eux. Aujourd'hui, je peux dire que je suis satisfait de ma vie.

Votre mère vous disait-elle «Je t'aime»?

Bien sûr, tous les jours et pas plus tard que ce matin. On a une relation très fusionnelle et elle habite encore avec moi.

Comment avez-vous gagné votre premier argent?

Mon père tenait un bar à Bourgueil et avec ma sœur, Aurélie, on nettoyait le bar et remplissait le frigo chaque week-end. Tout ça en échange de 10 francs français.

Que vouliez-vous devenir?

J'ai toujours voulu travailler à la télévision ou devenir comédien. En revanche, maintenant, je me reconvertirais bien en paysagiste.

L'amour pour la première fois. C'était quand et avec qui?

J'avais 17 ans et c'était avec une jeune fille dans les bois. Je n'ai plus aucun contact avec elle. Elle m'a rendu gay cette conne! ( Il éclate de rire.) Plus sérieusement, j'ai eu encore quelques relations hétérosexuelles avant de virer de bord.

Pour vous, c'est quoi, le vrai bonheur?

De me réveiller heureux chaque matin. Simplement.

Quelle est la plus belle de vos qualités?

(Il réfléchit longuement.) Je dirais l'empathie, mais c'est beaucoup plus simple de trouver un défaut, j'en ai plein. Par exemple, je suis quelqu'un de très ronchon au réveil. Il me faut une heure de tranquillité et un verre d'eau avec du citron pour être agréable. (Rires.)

Votre plus grand regret?

Je n'en ai pas. Si je devais tout recommencer aujourd'hui, je ferais exactement la même chose.

Avez-vous déjà volé?

Une fraise Tagada le temps que la boulangère arrive, sinon jamais. Je tolère beaucoup de choses, mais le vol est impardonnable.

Avez-vous déjà tué?

Oui, pas plus tard que la semaine passée. J'ai écrasé un escargot dans mon jardin par mégarde. Je les adore, ces petites bêtes.

Si vous aviez le permis de tuer quelqu'un, qui serait-ce?

Personne. Je ne suis pas apte à ôter la vie de qui que ce soit.

Avez-vous payé pour l'amour?

Non, jamais.

Avez-vous déjà menti à la personne qui partage votre vie?

Bien sûr, mais c'était pour des conneries. (Il cherche des exemples en vain.) A 99% du temps, je ne mens pas. Je ne connais pas un couple qui a été honnête du début à la fin. Ne serait-ce que pour protéger ou ne pas blesser son partenaire.

Avec qui aimeriez-vous passer une agréable soirée?

Avec Louis XIV! J'aimerais qu'il me fasse découvrir la France autrement. Il me fascine.

Qui trouvez-vous sexy?

Brad Pitt. J'ai pu l'apercevoir lorsqu'il a lancé le départ des 24 Heures du Mans cette année et il est vraiment pas mal. Même très mignon.

Pour qui était votre dernier baiser?

Pour mon amoureux. Cela fait un an que nous sommes ensemble et je suis très bien avec lui. Nous nous sommes rencontrés sur Facebook. Mais je n'en dirai pas plus car pour vivre heureux, vivons cachés. (Rires.)

Pourquoi avez-vous pleuré la dernière fois?

A cause de mon chien, «Harley». Le pauvre, je me suis rendu compte qu'il devenait vieux et aveugle. Il s'agit d'un terrier du Tibet et a fêté ses 14 ans.

De quoi souffrez-vous?

De mon allergie au pollen et… de la pollution à Paris. (Rires.) Dès que je peux, je pars de la capitale pour Le Mans, ma ville natale.

Avez-vous déjà frôlé la mort?

Non, j'ai toujours été très chanceux.

Croyez-vous en Dieu?

Oui, j'ai la foi. Dieu est partout. Soulève une pierre et tu le trouveras.

Quel est votre péché mignon?

Voyager. J'adore partir, découvrir de nouveaux horizons. Mon voyage le plus marquant était à Madagascar. J'étais avec des amis sur une île qui n'avait même pas de nom. Les plages étaient magnifiques et j'ai découvert des trésors de la nature incroyables. J'y retournerai dès que possible.

Trois objets que vous emmeneriez sur une île déserte?

Une corde, ça sert toujours, le manuel des Castors Juniors et… mon homme. J'ai le droit?

Combien gagnez-vous par an?

Je ne sais pas du tout, mais plus qu'un Français de manière générale.

Pensez-vous que vous gagnez assez par rapport au travail que vous fournissez?

Oui, je n'ai pas le droit de me plaindre. Beaucoup de personnes mériteraient un salaire plus élevé.

Qui sont vos vrais amis?

J'en ai cinq. Des amis qui étaient là bien avant «Loft Story». Ils habitaient au Mans et maintenant sont un peu partout.

Que souhaitez-vous à vos pires ennemis?

Le retour du bâton.

Qui aimeriez-vous voir répondre à ce questionnaire?

Emmanuel Macron.

Est-ce que les futures élections présidentielles en France vous font peur?

Je suis un peu perdu. Je ne sais pas pour qui je vais voter. Mais la montée de l'extrême droite me terrorise. Les Français ne se rendent pas compte ce que représente notre pays à Madagascar ou au Congo. C'est l'espoir, la liberté et se retrouver en face d'un régime qui aimerait verrouiller et isoler l'Hexagone serait une erreur. Mettre Marine Le Pen à la tête du pouvoir serait affreux pour ces gens qui croient en nous.

Ton opinion