Publié

CYCLISMEStefano Pirazzi gagne en faisant un bras d'honneur

Giro: peu après avoir franchi la ligne en vainqueur, l'Italien a fait un bras d'honneur, adressé aux gens qui l'avaient critiqué récemment. Comme Cavendish il y a quelques années sur le Tour de Romandie.

La 17e étape du Giro a marqué une pause dans la bagarre entre favoris. Stefano Pirazzi (It/Bardiani) a gagné à Vittorio Veneto au terme des 208 km. Nairo Quintana (Col/Movistar) reste maillot rose.

Cette étape de transition a été caractérisée par une échappée de 26 coureurs, qui s'est développée rapidement (km 80) avec la bénédiction des leaders et des équipes de sprinters, puisque pas moins de 18 formations étaient représentées à l'avant. Cinq hommes ont pu s'extraire de l'échappée à une quinzaine de kilomètres du but pour aller jouer la victoire. Pirazzi s'est montré le plus malin en surprenant ses compagnons en plaçant un démarrage peu avant la flamme rouge. L'Italien a bien joué le coup et s'est imposé avec quelques mètres d'avance sur Tim Wellens (Be) et Jay McCarthy (Aus).

Peu après avoir franchi la ligne, Pirazzi s'est fait l'auteur d'un vilain geste (bras d'honneur). Il a expliqué à la TV que sa réaction avait été motivée par les critiques qui ont récemment plu sur lui. Mark Cavendish avait agi de la même manière lors d'une arrivée d'étape du Tour de Romandie à Fribourg. Il avait alors été sorti de la course par son équipe.

Ce succès est déjà le troisième de cette édition 2014 pour la modeste formation Bardiani (2e division) après ceux de Marco Canola (13e étape) et d'Enrico Battaglin (14e étape). Le peloton comprenant les leaders est arrivé à près d'un quart d'heure.

Rien n'a donc bougé au classement général, à la veille d'une nouvelle étape de montagne entre Belluno et le refuge Panarotta, sur 171 km. Avant l'arrivée jugée à 1760 mètres au terme d'une ascension de 16,8 kilomètres (à 7,9 % de pente moyenne), les coureurs auront escaladé deux cols en cours de route, le San Pellegrino (1918 m) et le Redebus (1457 m). Quintana abordera ce rendez-vous en favori, avec 1'41 d'avance sur son compatriote Rigoberto Uran et 3'21 sur le vétéran australien Cadel Evans.

(SI)

Votre opinion