Football: Stephan Lichtsteiner vu par Daniel Gygax

Publié

FootballStephan Lichtsteiner vu par Daniel Gygax

Ancien coéquipier du latéral lucernois à Lille et en équipe de Suisse, le Zurichois analyse la trajectoire de celui qui disputera peut-être sa 13e finale avec la Juventus ce mercredi soir.

par
Renaud Tschoumy
Stephan Lichtsteiner et Daniel Gygax à l'entraînement avec Lille, à l'automne 2005. Les deux Suisses venaient d'arriver dans le Nord de la France.

Stephan Lichtsteiner et Daniel Gygax à l'entraînement avec Lille, à l'automne 2005. Les deux Suisses venaient d'arriver dans le Nord de la France.

AFP

Ce mercredi soir, contre l'AC Milan à Rome, Stephan Lichtsteiner (34 ans) disputera peut-être sa treizième finale en sept ans passés à la Juventus. Celui qui va plus que probablement mettre le cap sur le Borussia Dortmund cet été boucle actuellement sa treizième saison à l'étranger (Lille de 2005 à 2008, Lazio de 2008 à 2011 et enfin la Juventus depuis 2011).

Lorsqu'il est arrivé à Lille à l'été 2005, Stephan Lichtsteiner n'avait que 21 ans. Il était accompagné d'un autre jeune international suisse, Daniel Gygax (24 ans à l'époque). Lichtsteiner venait de Grasshopper, Gygax du FC Zurich. Gygax (35 sélections et 5 buts en équipe A, aujourd'hui entraîneur des M16 zurichois) analyse le parcours de son ancien coéquipier.

- Daniel Gygax, vous êtes arrivé à Lille en même que temps que Stephan Lichtsteiner. On imagine que les deux jeunes Suisses que vous étiez ont passé beaucoup de temps ensemble…

Oh oui, énormément. Nous avions joué ensemble en équipe de Suisse M21, mais nous avions l'habitude d'être adversaires en club, et d'un jour à l'autre, nous nous sommes retrouvés parachutés dans un nouvel environnement, en France. Chacun de nous vivait une expérience nouvelle, on a donc été très proches pendant cette période.

- Pensiez-vous que Lichtsteiner allait faire une pareille carrière?

C'était impossible à prévoir. Ce qui est sûr, c'est qu'à Lille déjà, il avait en tête d'aller très haut. Il était très fort mentalement et il a su mettre tous les atouts de son côté pour se faire une place. Son transfert à la Lazio était déjà énorme, mais réussir à s'imposer à la Juventus comme il l'a fait, c'est juste incroyable.

- Tout n'a pas toujours été simple pour lui, pourtant…

C'est vrai, il a souvent eu une très forte concurrence à son poste, notamment avec Dani Alves. Mais il n'a jamais rien lâché et il a toujours su répondre présent. Il a vraiment su se forger un palmarès incroyable: six titres de champion d'Italie (bientôt sept), des Coupes, deux finales de Ligue des champions, presque 100 sélections en équipe de Suisse (ndlr: il en est à 98): pour moi, c'est une des plus grosses carrières du foot suisse, peut-être même davantage encore que celle de Chapuisat. Il ne lui manque en fait qu'une victoire en Ligue des champions.

- Quelles sont ses principales qualités?

Comme déjà dit, sa grande force, c'est le mental. Il n'a jamais cherché à épater la galerie. En match, il ne cherche à faire que ce qu'il sait faire, sans fioritures. Et ça, c'est une preuve d'humilité. Il a toujours su s'adapter à l'environnement ou à ses coéquipiers. Et puis, «Steph» est quelqu'un qui prend soin de son corps, ce qui lui a permis d'éviter les graves blessures. Enfin, il est régulier. Ce n'est pas le genre de joueurs qui connaît des hauts et des bas. Sa stabilité est un incroyable atout dans un club comme la Juventus.

- Tout indique qu'il quittera la Juve pour Borussia Dortmund cet été…

Là encore, c'est une preuve de son intelligence. Dortmund est un club idéal pour lui, comme a pu l'être la Juventus. Quand tu es encore à ce niveau à 34 ans, il n'y a pas de miracle: c'est que tu es fort et très pro. Lichtsteiner a toujours dit qu'aller jouer en Chine ou aux États-Unis ne l'intéressait pas, il tient parole.

Ton opinion