Cyclisme: Steven Kruijswijk, le plus discret des candidats

Publié

CyclismeSteven Kruijswijk, le plus discret des candidats

Le Néerlandais de Jumbo-Visma ne fait pas de vagues sur le Tour. Mais l'homme est dangereux.

par
Simon Meier
Albi
Steven Kruijswijk est en embuscade derrière les deux ténors d'Ineos.

Steven Kruijswijk est en embuscade derrière les deux ténors d'Ineos.

Keystone

Devant l'hôtel du Team Jumbo-Visma, les lauriers sont en fleurs. Normal: la formation néerlandaise a déjà remporté quatre victoires d'étape depuis le départ du Tour, dont le contre-la-montre par équipes. Cerise sur le gâteau, Steven Kruijswijk, le leader, occupe une très intéressante 4e place au classement général avant la haute montagne, son terrain de prédilection.

«J'ai un bon sentiment, ce classement est un peu inattendu et j'en suis très heureux, j'ai confiance pour la suite de ce Tour, a déclaré le gaillard de 32 ans dans son hôtel albigeois, mardi lors du jour de repos. Le groupe est très fort, tous les gars sont super bien préparés. Mais ce n'est pas une si grande surprise, parce que nous ne cessons de grandir, en tant qu'équipe.»

La surprise est en effet relative, puisque Steven Kruijswijk a déjà terminé dans le top 5 des trois grands Tours (5e sur la dernière Grande Boucle, 4e du Giro en 2016 et 4e de la Vuelta en 2018). Il ne reste donc «plus qu'à» monter enfin sur le podium. «Je prends jour après jour», répond prudemment l'ex-coureur de Rabobank, conscient que tout peut basculer en un jour.

«Ineos devra prendre ses responsabilités»

Interrogé sur les trois hommes qui le précèdent au général, le Néerlandais a adressé un clin d'œil à distance au maillot jaune Julian Alaphilippe: «Il ne cesse de répéter qu'il ne joue pas le classement général, mais il me semble très fort et en course, il met tout le monde sous pression. On verra la suite», sourit-il. Reste le cas des deux Ineos, Geraint Thomas et Egan Bernal. «Ils n'ont pas la même stratégie que nous, eux ne visent que le général et vont bientôt devoir prendre leurs responsabilités, dit-il. On les sent très solides, très concentrés. On a vu à la Planche-des-Belles-Filles que Thomas n'était pas loin de sa meilleure forme. Je pense que ce sera leur vrai leader pour la suite.»

Et lui, dans tout ça? Steven Kruijswijk sourit, modeste, discret, presque transparent. Mais de tous les prétendants au podium, c'est bien lui qui a réalisé les dix meilleurs premiers jours de course, au sein d'une équipe qui collectionne les lauriers depuis le départ de Bruxelles.

Ton opinion