Actualisé

Asile«Stop à une politique d’asile qui méprise les droits humains»

Près de 5000 personnes ont manifesté à Berne pour protester contre le durcissement du droit d’asile. Quelque 130 sans-papier, qui effectuent une marche à travers l'Europe, se sont joints à la manifestation.

Les manifestants à Berne protestaient contre le durcissement du droit d’asile.

Les manifestants à Berne protestaient contre le durcissement du droit d’asile.

Keystone

Près de 5000 personnes ont manifesté samedi à Berne contre le durcissement du droit d’asile. Elles ont dénoncé une «politique migratoire sans humanité». Quelque 130 sans-papier, qui effectuent actuellement une marche à travers l’Europe, étaient de la partie.

Les migrants ont été les premiers à prendre la parole, alors qu’un millier de personnes se rassemblaient près de la gare de Berne. Ils doivent lutter contre la discrimination, la marginalisation et l’exploitation, a déclaré Emine Sariaslan, du Forum pour l’intégration des migrantes et des migrants (FIMM Suisse).

Ceux qui leur imputent la responsabilité des problèmes d’intégration ignorent les obstacles qu’ils doivent affronter, a-t- elle ajouté.

Coloré et pacifique

Le cortège coloré et pacifique s’est ensuite ébranlé en direction de la Place fédérale. A deux reprises, les manifestants se sont assis dans la rue pour appuyer leurs revendications.

A leur arrivée devant le Palais fédéral, ils étaient environ 5000, selon une estimation de l’ats. Les organisateurs ont, eux, parlé de «plus de 5000» manifestants.

Réforme terrifiante

Le conseiller national Balthasar Glättli (Verts/ZH) a critiqué les récentes décisions de la chambre du peuple dans le débat sur la révision de loi sur l’asile. Il a décrit un débat terrifiant et une réforme qui «procède d’une pure inhumanité - sans aucun but à l’appui».

Selon lui, il ne suffit plus de faire preuve de colère ou de peur dans ce pays. «Il faut plus de courage, de confiance et de solidarité», a-t-il lancé, assurant que la barque était loin d’être pleine.

Les réfugiés et les requérants représentent 0,6% de la population suisse. A ses yeux, Berne vide le droit d’asile de son sens, et cela sans nécessité.

Véritables objectifs de l’asile

M. Glättli a appelé à lutter en faveur d’une révision du droit d’asile qui lui permettrait d’atteindre ses objectifs - à savoir protéger les personnes menacées, et pas d’effrayer les réfugiés et de faire tomber les requérants dans la misère.

Le rassemblement avait été convoqué par diverses organisations critiquant «la tendance à la répression» en matière d’asile, dont des syndicats, des partis et des organisations de défense des droits de l’homme.

Le Conseil national a décidé à la mi-juin d’un durcissement du droit d’asile. Il a notamment approuvé l’arrêt de l’aide sociale pour les requérants, qui devraient se contenter de l’aide d’urgence.

Un groupe d’environ 130 sans-papiers s’est joint à la manifestation. Ils effectuent actuellement une marche à travers toute l’Europe, de Bruxelles à Strasbourg, pour attirer l’attention sur leur situation précaire. Les participants à cette marche internationale ont franchi jeudi la frontière helvétique à Bâle.

(ats)

Votre opinion